En communication non violente (cnv), on entend souvent parler de l’acronyme OSBD. Souvent mal compris, il en résulte une communication contre-productive qui risque de créer plus de conflit qu’autre chose. Pourtant, la méthode OSBD en CNV est une révolution qui peut améliorer drastiquement toute relation, découvre comment.

La méthode OSBD en communication non violente (CNV)

En créant la communication non violente (CNV), Marshall Rosenberg a popularisé l’OSBD, désignant 4 étapes clés dans la communication.

En CNV, la méthode OSBD est un processus en 4 étapes qui signifie :

  • Observation
  • Sentiments
  • Besoins
  • Demande

Il permet de fluidifier la communication et d’augmenter drastiquement la qualité de la relation.

Facile à comprendre, c’est plus difficile à concrétiser que ça en a l’air. Pourquoi ?

Nous passons notre temps à amalgamer dans notre expérience ces 4 éléments.

Avant de t’expliquer comment te servir de la méthode OSBD, voyons quelques différenciations clés dans ces 4 étapes :

  • Observation : c’est la situation telle qu’elle est, dénuée d’opinion ou d’évaluation.
  • Sentiment : c’est comment je me sens émotionnellement en réaction à la situation. Le sentiment est dénué de jugement ou d’étiquette, il est personnel.
  • Besoin : c’est ce qui est important pour moi de vivre dans cette situation.
  • Demande : c’est ce qui émane éventuellement pour prendre soin de mon besoin.

Cette méthode OSBD comprend une erreur très souvent commise par les pratiquants de CNV et qui sapent leur volonté de bien faire…

L’erreur N°1 avec OSBD

Il est classique d’entendre quelqu’un qui fait de la CNV dire : “Tu es rentré à 19h31, je me sens apeuré parce que j’ai besoin de sécurité. Est-ce que tu es d’accord de me prévenir la prochaine fois ?”

Ca fait bizarre, robotisé et l’autre ne va pas tarder à te rentrer dedans. La vie n’est pas une copie où tu vas être noté sur la façon dont tu exprimes les choses.

La grosse erreur est d’exprimer à l’autre le OSBD alors que l’intention première n’est pas de partager les 4 étapes à l’autre… Mais surtout de clarifier MA réalité à travers OSBD.

Ces 4 étapes me permettent de mettre de la clarté à l’intérieur de moi en lien avec ce que je vis. C’est la première étape avant tout autre chose.

Il n’y a aucune nécessité à exprimer à l’autre l’OSBD, par contre tu as tout intérêt à l’appliquer sur toi-même en premier.

L’intention en CNV

La plupart des gens ont retenu que CNV = OSBD, c’était aussi mon cas à l’époque où j’ai découvert le livre de Marshall Rosenberg “Les mots sont des fenêtres”. La CNV amène beaucoup plus de finesse. `

OSBD est un processus avec 4 étapes, ce n’est pas une fin en soi. Le cœur de la CNV est l’intention. Si tu n’es pas au clair avec ton intention que tu utilises OSBD, il est probable que tu aies une intention de résultat sur l’autre et c’est la meilleure manière de te faire rembarrer parce que ta communication est… violente.

La CNV invite à être dans une intention de connexion à toi-même ET à ton interlocuteur, ce qui induit une présence bien plus précieuse que 4 étapes répétées machinalement. Quand l’intention est d’être en lien avec l’autre, les mots que tu emploies ne sont plus si importants. Le langage devient secondaire.

Dans toute situation, en particulier une situation qui t’active, il y a l’opportunité à conscientiser ton intention pour basculer sur une intention de connexion (si tu en as l’envie et les moyens) avec ta propre expérience puis avec l’expérience de ton interlocuteur. Ainsi, tu commences par un OSBD intérieur sur ton propre vécu. Selon la situation, ton envie et tes ressources, tu peux enchaîner avec un OSBD extérieur : celui de ton interlocuteur. Cela crée l’espace de cocréation pour éventuellement exprimer ce que tu as envie d’exprimer (qui peut être très loin de la forme robotisée de l’OSBD) et qui augmente grandement la probabilité de faire passer ton message.

Est-ce que ça demande de l’énergie ? Oui. Est-ce que ça demande du temps ? Oui. Est-ce que ça demande de la pratique ? Oui.

D’un autre côté, si tu ne prends pas soin de la relation, ton message ne passera pas… Donc finalement, l’énergie que tu investis dans la relation a toutes les chances d’être bénéfique pour tout le monde.

OSBD en pratique

Pour rendre tout cela concret, j’aimerais te donner 2 cas pratiques. Je n’ai pas la prétention d’être expert en CNV, cet exemple est banal et il sert à illsutrer pour que tu puisses te l’approprier.

Voici un exemple du quotidien qui est surtout entre moi et moi :

La situation : Le soir arrive, je constate que je suis irritable et la moindre remarque m’agace. Des pensées peuvent survenir : “j’en ai marre”, “je travaille trop”, “je suis mal organisé”… avec des étiquettes et des jugements qui m’éloignent de ma réalité.

Je pose l’intention de me relier à mon expérience et je peux alors faire mon OSBD pour clarifier ma réalité :

  • Observation : je n’ai pas pris de pause aujourd’hui
  • Sentiment : je me sens fatigué et triste
  • Besoin : j’ai besoin de repos
  • Demande : j’aimerais prendre une pause la prochaine fois dès que je sens des signes de fatigue ou d’ennui

Tu comprends que l’intérêt N°1 de la CNV est de clarifier ma propre réalité, même si la situation déclenchante inclue un tiers.

Prenons un autre exemple qui inclue un tiers :

La situation : Je suis en train de lire un livre et ma femme vient me déranger pendant que je suis concentré sur ma lecture. Je peux penser spontanément : “elle me gonfle”, “elle ne me respecte pas”, “elle ne voit pas que je lis bordel ?!”.

Là encore, avant de parler, je me mets sur pause et j’investigue mon monde intérieur :

  • Observation : ma femme me demande “qu’est-ce qu’on mange ce soir ?”
  • Sentiment : je me sens agacé
  • Besoin : j’ai besoin de silence et de tranquilité
  • Demande : j’aimerais être seul et ne pas être dérangé pendant le temps de ma lecture

Imagine que quand une situation te déclenche, il y a un feu rouge : ne réponds pas, ne dis rien. Ce serait la porte ouverte au jugement, à la critique et au conflit… De quoi dégrader la qualité de la relation.

Quand tu as clarifié ton OSBD intérieur (ce qui peut prendre quelques secondes avec de l’entraînement), le feu passe au vert et tu peux répondre à l’autre. Ici, pas besoin d’exprimer toute ma réalité… Je peux simplement dire “Je suis en train de lire et j’ai besoin de calme, est-ce que tu pourrais revenir dans 30 min stp ?”

Cela évite de partir dans une dispute avec des phrases assassines qui pourraient ressembler à :

  • “C’est toujours pareil, pendant que je lis il faut que tu me déranges…”
  • “Tu m’énerves à toujours me parler au mauvais moment”
  • “C’est pas fini oui ?! Tu vois pas que je suis en train de lire ?!”

Autant te dire que ce type de phrase ferme le cœur et nourrit la rancœur…

OSBD est une vraie clé pour assainir les relations en commençant par assainir le rapport avec nous-mêmes.

La moindre situation du quotidien est une invitation à s’entraîner…

Approfondir la Communication NonViolente

Cet article n’a pas pour vocation à être une formation ni à être exhaustif. Il est là pour te présenter la méthode OSBD de la Communication NonViolente et ma perception de celle-ci.

Si tu veux approfondir, il y a le livre classique de Marshall Rosenberg “Les mots sont des fenêtres (ou ce sont des murs)” ainsi que “Cessez d’être gentil, soyez vrai” de Thomas d’Ansembourg.

Après, si tu veux réellement expérimenter le processus de la Communication NonViolente, ça ne se passe pas dans un livre. Je t’invite à participer à une formation : la CNV ça se vit, ce n’est pas une compréhension intellectuelle. L’empathie, l’écoute, les émotions, les besoins, c’est dans le réel que ça se passe. Une formation en Communication NonViolente peut être une très belle façon de se découvrir à travers un groupe, d’autant qu’on tisse souvent des liens précieux dans ce type de groupe.

Et surtout, garde en tête que la meilleure formation en Communication NonViolente, c’est ta propre vie. Une formation CNV, c’est juste “l’école”, avec des gens remplis de bienveillance, d’empathie (même fake). Après, c’est dans la vie que ça se passe, avec des vrais gens qui n’en ont rien à carrer de bienveillance et d’empathie : c’est là que tu vas être testé 🙂

Rate this page