Appartiens-tu à la famille de type 6 de l’ennéagramme ?

Es-tu dans une relation avec un(e) type 6 ? 

Peut-être as-tu un doute sur le type de ton/ta partenaire de vie ?

 

La personnalité de type 6 de l’ennéagramme est l’un des plus difficiles à déterminer.

 

 

Dans cet article, tu vas découvrir les spécificités de la relation avec un type 6 de l’ennéagramme, que ce soit toi ou l’autre.

Rappels sur le type 6 de l'ennéagramme

Avant d’aller plus loin, vérifions que nous parlons de la même chose (car la personnalité de type 6 de l’ennéagramme est souvent mal comprise et mal expliquée).

 

Le type 6 de l’ennéagramme a un centre mental préféré tourné vers l’intérieur et vers l’extérieur. Cela génère énormément de peur dans son système, de la peur à l’intérieur et à l’extérieur.

 

Il invente beaucoup de scénarios futurs et a cette tendance naturelle à imaginer le pire, ce qui en fait quelqu’un d’angoissé et de souvent pessimiste.

 

Pour s’en protéger, le type 6 se crée un cadre.

 

Qu’est-ce qu’un cadre au sens du type 6 ?

 

Le cadre est une idéologie mentale, conceptuelle créée de toutes pièces et au sein de laquelle il se sent en sécurité.

 

 

Ce Cadre peut être n’importe quoi : famille, groupe d’amis, entreprise, association, parti politique, ou n’importe quel groupe d’humains réunis autour d’un CADRE (que ce soit formel ou non). Les Cadres sont cumulables tant qu’ils n’entrent pas en collision.

 

Le type 6 fait TOUT pour respecter les codes, les règles, de son cadre. Il le défend bec et ongles comme si sa survie en dépend. Ainsi, son orientation (ce qu’il apporte au monde) est la loyauté (envers le cadre).

 

La tribu est important pour lui car cela l’aide à se sentir en sécurité (c’est son instinct tribal), sa plus grande crainte est celle de se retrouver seul et sans soutien. 

 

Un exemple absolument criant est le mouvement des zététiciens, débunkeurs et autres chercheurs de vérité, avec leur tendance à critiquer tout ce qui n’est pas prouvable, mesurable, à passer leur vie à “débunker” les biais cognitifs, les sophismes… Ils mettent leur cape de protecteur de la vérité et partent en guerre contre les menteurs et mécréants (personne ne met autant d’énergie qu’un type 6 à “chercher la vérité”, ça peut aller chercher beaucoup de colère)

 

Dans sa personnalité égotique, le type 6 ne peut pas concevoir sortir du cadre (c’est sa compulsion), sans lequel il n’existe pas. 

 

Sa vision de la vie est forcément teintée par ce centre mental hyperactif : il voit le monde comme instable et dangereux. Il a donc tendance à renforcer ce qu’il croit.

 

Son mécanisme de défense est la projection, afin de ne pas voir les failles de son cadre et rester bien confortablement dedans. Il a tendance à être aveugle au fait que ce qu’il critique est souvent sa propre zone d’ombre.

 

Sa passion est la peur et la lâcheté : dans son ego, il à tendance à fuir le danger, il évite tout ce qui le met en insécurité. Tout lui fait peur dans la vie (personne n’est aussi peureux qu’un type 6 phobique).

 

Sa contre-passion est la témérité : il est toujours animé par la peur sauf qu’il ne la voit pas et qu’il fonce dedans avec l’énergie du désespoir quitte à se mettre en danger.

 

 

 

Dans l’essence (quand il tempère son personnage égotique), sa vertu est le courage. Il est avec sa peur et agit quand même avec bravoure. 

 

 

Sa fixation est le doute et la suspicion : il part du postulat que, dans la vie, les autres sont un danger potentiel, il est sceptique et doute de tout, tout le temps. Forcément, la vie nous donnant toujours plus de ce qu’on croit, il va attirer des gens qui vont l’aider à valider sa vision du monde.

Sa contre-fixation est l’aveuglement : il peut être totalement aveugle à ses propres paradigmes, à son cadre, à son chaman.

 

Dans l’essence (quand il tempère son personnage égotique), son idée supérieure est la foi, la confiance. Il commence à faire confiance et à se faire confiance. Il lâche prise sur le doute perpétuel.

 

Les sous-types du type 6 (relatifs au centre instinctif) peuvent aussi aider à le repérer.

Sous-type conservation : cordialité. Il est cordial avec tout le monde.

Sous-type social : devoir. Il est l’incarnation même de tous les principes, toutes les règles, du Cadre. Il fait en sorte que les autres le respectent. 

Sous-type sexuel/tête-à-tête : force/beauté. Il exprime beaucoup plus la variante contre-phobique.

 

Selon le sous-type dominant, tu peux voir la priorité de son centre instinctif.

 

 

Il fait partie des types du triangle (types 3, 6 et 9), qui ont une particularité : la co-répression du centre préféré.

Le centre préféré est tellement utilisé (vers l’intérieur et vers l’extérieur), qu’il disjoncte quand l’ennéatype est sous stress, activé par sa compulsion.

Pour le type 6, cela veut dire que le centre mental devient réprimé et c’est le centre de soutien qui prend le relais.

Selon la variante alpha ou mu, c’est le centre émotionnel ou le centre instinctif qui prend le relais.

Le type 6 alpha (qui réprime le centre instinctif) devient très émotionnel, il baigne dans ses émotions et sentiments, et peine à en sortir. Son instinct est alors peu développé.

Le type 6 mu (qui réprime le centre émotionnel) devient très instinctif. Dans cette situation, l’instinct le pousse à agir compulsivement. Il réprime ses émotions.

Tous ces éléments font que le type 6 de l’ennéagramme est souvent plus difficile à repérer, c’est une personnalité complexe.

Cela dépend de son/ses cadre(s), s’il est à dominante phobique ou contre-phobique.

Mon partenaire est-il de type 6 ?

Ton amoureux est-il de type 6 ?

Comme pour ton propre type ennéagramme, je t’invite avant tout à procéder par élimination pour éviter le biais de confirmation d’hypothèse.

Si tu penses qu’il/elle est de type 6, tu vas sélectionner les arguments et les exemples qui te donnent raison.

 

Ceci étant précisé, tu peux te poser ces questions :

– Vois-tu un cadre chez ton partenaire ? Appartient-il à des groupes ? De quel genre ?

– A-t-il tendance à avoir un comportement très différent selon les contextes ? À l’aise dans un cadre qu’il maîtrise et en stress total en dehors ?

– A quel point veut-il te contrôler ? Te maintenir dans le cadre ? Est-il rigide et difficile à vivre ?

– Est-il loyal envers toi ?

– Est-ce qu’il projette ses ombres et ses failles toujours à l’extérieur ?

– Est-il aveugle à ses propres failles ?

– Vois-tu la dominante phobique chez lui ? Ou contre-phobique ? Comment ça se manifeste ?

– Quel est son rapport au doute ? A la confiance ? Est-il sceptique ?

 

Il est souvent confondu avec le type 1, pour le côté rigide, moralisateur, “j’ai raison”,…

Sauf que le type 1 est un instinctif intérieur qui n’a aucun problème à rester seul. Sa vérité est intérieure, instinctive, elle vient des tripes : ce sont ses idéaux. Le type 6 est ultra-mental, la vérité est extérieure à lui, c’est son cadre envers lequel il est loyal.

 

Si tu es sûr que ton partenaire (ou toi-même) est du type 6 de l’ennéagramme, qu’est-ce que cela change dans une relation de couple, d’amour ? 

 

Voyons ça.

Le type 6 en couple

 

Tu t’en doutes, le cadre du type 6 risque de poser quelques problèmes dans la relation de couple.

 

En amour, le type 6 est souvent très investi car cela fait partie d’un de ses cadres, d’où l’adjectif “loyal” qu’on lui colle souvent.

 

Par conséquent, il peut être étouffant par son contrôle excessif du cadre.

 

Il a un grand besoin de sécurité car la peur est toujours présente dans son ego, ce qui peut se concrétiser par l’évitement (type 6 phobique) ou la confrontation (type 6 contre-phobique).

 

 

Sa tendance à imaginer les pires scénarios en fait quelqu’un de très prévoyant et souvent très carré. Par contre, cela peut le rendre difficile à vivre au quotidien, avec un côté très pessimiste, angoissé voire dépressif.

 

 

Au sein du cadre il est autant critique (pour que chacun respecte les règles) que généreux (pour que tout se passe du mieux possible).

 

 

C’est quelqu’un d’extrêmement loyal sur lequel tu peux compter, du moment que tu es dans son cadre. Si c’est le cas, il te fait confiance.

 

Par contre, sache que quand tu n’y es plus, il y a souvent une coupure nette et franche.

A quoi faire attention : à éviter avec les 6

 

Il y a un certain nombre de points qui vont considérablement t’aider si tu es en relation de couple avec un type 6, ou en relation tout cours.

C’est là où l’ennéagramme est un outil extrêmement précieux.

 

Le principe est de détendre son ego pour éviter de déclencher ses mécanismes et vivre une relation plus harmonieuse. 

 

 

S’il est dans l’incertitude, le type 6 va commencer à être en stress et paniquer. Donne lui les informations dont il a besoin, évite de le laisser dans le flou, au risque qu’il parte dans des scénarios catastrophes.

 

Le type 6 a un besoin de sécurité très fort, il est important que tu le rassures quand tu sens que ça vacille. Tu as tout intérêt à être présent, à être une oreille attentive et à le soutenir, il te sera très reconnaissant (et ça vaut pour tous les types de l’ennéagramme).

 

 

Le 6 doit pouvoir compter sur toi, montre-lui que tu peux être loyal avec son cadre et fais de ton mieux pour en respecter les principes sans pour autant être dans l’abnégation. C’est une danse qui peut devenir une gymnastique ! 

 

Les difficultés possibles avec un type 6 de l'ennéagramme

Je ne vais pas te le cacher, selon le niveau d’intégration, être en relation avec un type 6 va créer des difficultés et des zones de tension.

Ceci étant, tous les types sont insupportables lorsqu’ils sont désintégrés.

 

Le type 6 de l’ennéagramme peut être particulièrement chiant, pour plusieurs raisons. Les zones de tension qui peuvent détruire la relation sont toujours les mêmes :

– Son cadre étouffant, son côté rigide

– L’aveuglement à ses zones d’ombre, ses projections et sa certitude d’avoir raison

– Le côté moralisateur, à vouloir te modeler sur son cadre

– Son côté catastrophiste, démoralisateur, pessimiste voire dépressif

– L’omniprésence de sa peur et son besoin compulsif de sécurité

 

 

De ton côté, il est important que tu sois capable de :

– Poser tes limites pour ne pas te perdre dans son cadre

– Le ramener dans les faits quand il part dans ses scénarios

– Assouplir son système et l’aider à se détendre 

 

Si tu es vraiment amoureux de ton partenaire et que cette relation compte pour toi, tu auras plus d’énergie pour l’aider.

Ceci dit, ne tombe pas dans le triangle de Karpman : vouloir sauver quelqu’un toute sa vie n’a jamais été une bonne idée. 

Attention aux dangers de l'ennéagramme

L’ennéagramme est un modèle profond et précis, mais attention : ne résume pas ton/ta partenaire à un type de l’ennéagramme.

 

C’est l’un des risques de l’ennéagramme : se servir du modèle pour enfermer les autres. C’est la pire façon d’envisager une relation.

 

Il est bien plus que cela, il a son histoire, sa culture, ses particularités.

 

Il a son empreinte bien spécifique, sa façon bien à lui de vivre son type 6.

 

L’ennéagramme ne doit surtout pas servir à enfermer l’autre dans son type, mais plutôt l’aider à voir sa cellule et à en sortir.