Type 6 de l'ennéagramme : "Je suis le cadre qui me protège de tous les danger"

Généralités sur l'ennéatype 6

 

Je suis un type de personnalité qui surutilise le centre mental comme l’ennéatype 5 (vers l’extérieur) et l’ennéatype 7 (vers l’intérieur).

 

Je surutilise mon centre mental à l’intérieur et à l’extérieur, à la manière de mes compères du triangle, l’ennéatype 3 (émotionnel) et l’ennéatype 9 (instinctif).

 

J’ai donc cette problématique des types du triangle d’être à cheval entre le monde intérieur et extérieur. 

 

 

J’ai les capacités du 5 et du 7, donc je peux accumuler des informations, les structurer, construire des modèles, réfléchir à des idées enthousiasmantes… Quand tout va bien j’en suis capable.

 

Seul problème : du fait de mon centre mental tourné vers l’intérieur et vers l’extérieur, la peur est partout, à la fois dedans ET dehors… C’est trooooop !

 

Quand ça arrive, mon centre mental devient réprimé et ne fonctionne plus : c’est le centre de soutien qui prend le relais. (C’est le mécanisme de co-répression des centres qui affecte la hiérarchie des centres des types 3, 6 et 9)

 

Une seule possibilité pour moi : prendre toutes ces peurs et les mettre loin de moi (mais les garder en vue quand même).

 

Ainsi, je peux souffler et me sentir en sécurité dans un endroit bien précis : le Cadre.

 

 

Pour me comprendre, tu dois intégrer ce concept très important pour moi. Le cadre est une idéologie mentale, conceptuelle que j’ai créé de toutes pièces et au sein duquel je me sens en sécurité. 

 

Ce Cadre peut être n’importe quoi : famille, groupe d’amis, entreprise, association, parti politique, ou n’importe quel groupe d’humains réunis autour d’un CADRE (que ce soit formel ou non). Je peux aussi cumuler les Cadres tant qu’ils n’entrent pas en collision.

 

À l’intérieur du Cadre il n’y a aucun danger (puisque j’ai enlevé toutes les peurs), par contre à l’extérieur c’est l’apocalypse zombie.

 

 

Dans mon fonctionnement je suis très tribal, ça me rassure d’être entouré.

 

En dehors de ce Cadre, c’est la panique totale, je n’existe pas donc je ne peux pas le tolérer.

Donc je vais tout faire pour être loyal et respecter mes engagements envers lui, les codes, les principes… 

Entends-bien que ce n’est pas une loyauté aux personnes mais bien au cadre lui-même.

 

 

Je peux devenir un véritable porte étendard pour convaincre tous ceux qui sont hors Cadre qu’ils doivent y être. 

Par contre, je peux être très critique au sein du cadre pour que chacun le respecte. Les autres peuvent trouver ça très étouffant.

 

 

Le cadre est plus important que tout, si certains qui ne le respectent pas, même si ce sont des figures d’autorité, je vais les débunker. Je peux avoir un côté très très militant.

 

Ceci étant, je suis aussi très généreux au sein du cadre, je peux rendre service, être très agréable… Tant qu’on respecte mon Cadre, moi ça me va !

Équation de Base du type 6 : le monde est instable et dangereux

Pour éviter de vivre mes peurs, je les ai projetées à l’extérieur, hors du cadre. 

Je m’y sens artificiellement en confiance (puisque c’est juste une illusion égotique) et le revers de la médaille c’est que je perçois tout plus dangereux que ça ne l’est réellement.

 

Je vois des dangers qui n’existent pas, j’anticipe le pire, je perçois des intentions malveillantes chez les gens, là où il n’y en a pas…

 

Bref, j’ai des grosses transes hypnotiques de progression en âge et d’hallucination positive.

Orientation du type 6 : Loyauté (envers le cadre)

Je suis loyal envers le cadre, et si tu es dans le cadre, tu peux compter sur moi pour le protéger. C’est pour ça que certains auteurs m’appellent le loyaliste.

 

En même temps, j’ai pas le choix, c’est ça ou l’apocalypse zombie…

Je vais donc tout faire pour être loyal envers le cadre parce qu’il me protège dans les moments de répression de mon centre mental.

Par contre je ne serai pas forcément loyal envers les gens, tout dépend où ils se positionnent par rapport à mon cadre.
Donc “loyaliste” OK, mais ça dépend le contexte !

 

Mon Cadre, je le protège jusqu’au bout, quoi qu’il en coûte.
Et si mon Cadre pète, ça arrive… Ça me met dans une frousse telle que je bascule sur un autre cadre le plus vite possible.


Pour respecter au mieux toutes les règles du Cadre auquel j’appartiens, je me réfère à la figure d’autorité que je considère comme étant une référence (une forme de papa de substitution, en vrai).

 

Évitement compulsif : La déviance, Sortir du cadre

Dans ce cadre, je suis en toute sécurité, comment peux-tu imaginer une seule seconde que je puisse en sortir ? Je ne peux même pas le concevoir, c’est la zone aveugle de mon système égotique…

 

Tout ce qui est en dehors, toutes ces personnes qui ne respectent pas le cadre, c’est diablerie !

 

Je respecterai donc tous les principes, toutes les règles, je serai intransigeant là-dessus. Si tu es dans le Cadre, je vais m’assurer que tu les respecteras aussi : je ne peux pas me permettre que tu mettes en péril toute la structure.

 

Qui je suis moi, sinon ? 

Mécanisme de défense : Projection

Moi, des zones d’ombres ? Non.

Mon cadre, des défauts ? Non.

 

Toi par contre, j’ai une liste longue comme le bras de tes défauts, de tes dysfonctionnements, de tes jugements, de tes croyances…

 

Oui je projette sur toi et je n’en suis absolument pas conscient.

Du coup, je suis vierge de toute ombre, mon cadre est parfait, je t’assure que c’est tout à fait objectif ! 

 

C’est la meilleure façon que j’aie trouvé pour éviter de dire quelque chose qui pourrait potentiellement m’exclure du Cadre.

Il m’est très difficile de voir ce qui cloche chez moi, parce que ça me mettrait justement face à mes incohérences.

 

La paille et la poutre s’applique beaucoup à moi, mais je n’aime pas du tout ça…

Et je peux te le dire parce que je suis un personnage fictif collant au cliché du type 6 écrit par Fabien, mais bien peu de 6 réalisent qu’ils font de la projection à gogo.

Problématique : Peur du monde extérieur et intérieur

La peur est PARTOUT !

Tout me panique, je ne peux me reposer sur rien, méfiance. D’où mon anxiété.

“Je doute de tout, tout le temps. C’est grave docteur ?”

“Non monsieur, vous êtes juste de type 6 !”

“Ah ça va alors… Attends… Ben non ça va pas, justement !!!”

Peur de base : Être incapable de survivre par soi-même, être seul et sans soutien

Je suis grégaire, le groupe est capital pour moi, je ne peux pas survivre sans ma tribu organisée autour du Cadre.

 

En même temps t’as vu comme cette société est dangereuse ? Il y a des menaces partout, ça peut dysfonctionner là, là, là et aussi là. 

J’ai 187 scénarios qui aboutissent tous à la fin du monde…

 

Ça me rassure franchement pas du tout.

Je demande souvent l’avis des autres au sein du Cadre, c’est important pour moi d’être rassuré.

Désir de base : Être en sécurité

Moi tout ce que je demande, c’est rester dans le Cadre, on y est bien !

Si je t’assure, viens on est bien ! 


De toute façon si tu n’es pas dedans, je vais me méfier, je ne peux pas te faire confiance.

Tout ce que je vais faire est motivé par un désir de sécurité, au fond.

Fixation : Suspicion, doute

Je doute de tout ! Des autres, de moi, du cadre, de moi, oui surtout de moi. Et des autres aussi. Et du cadre aussi. Bref, de tout.

Je doute tellement que ça génère question sur question, doute sur doute, et ça génère encore plus de panique. Pour cette raison, j’ai souvent des mouvements tranquilisants qui se déclenchent automatiquement, tu peux le voir à mon langage non verbal.

 


L’anxiété, c’est mon quotidien…

Ma contre-fixation est au contraire “aveuglement”, c’est-à-dire que je peux être aveugle à mes propres certitudes, aveugle à mon Cadre.

 

Il est classique que j’alterne entre doute et aveuglement…

Idée supérieure : Confiance, Foi

Dans mon essence, je lâche mes doutes et je me connecte à la foi, à une confiance inébranlable et inconditionnelle. Il s’agit de “confiance” au sens de l’étymologie du mot “con” et “fido” signifiant “avec foi”.

 

J’ai confiance en moi, je me connais, je m’accepte tel que je suis et je peux donc faire confiance aux autres, même s’ils sont hors Cadre.

 

Le Cadre étant une nécessité pour moi dans l’ego, dans l’essence je lâche prise dessus et je peux être en relation sincère avec les autres, quel que soit leurs croyances.

Passion : Peur, lâcheté

J’ai peur de tout, tout le temps. Ma peur n’a pas vraiment d’objet, c’est ce qui a tendance à augmenter mon anxiété et à me rendre vigilant.

 

Pour m’en prévenir j’imagine comment une situation ou un scénario pourrait déraper, je vois TOUTES les conséquences négatives possibles et imaginables. 

J’imagine aussi celles qui seraient improbables voire impossibles.

 

Il existe 2 variantes du type 6, 2 façons de réagir face à la peur : phobique et contre-phobique. (c’est d’ailleurs grâce au type 6 qu’a émergé la “Contre-passion” pour tous les autres ennéatypes).

 

1/ Le 6 phobique : soit je suis phobique et je me fige ou je fuis face au danger. Je suis très conscient de mes peurs, je ne vois que ça.

2/ Le 6 contre-phobique : soit je développe un autre mécanisme égotique, ma contre-passion de Témérité et je vais braver le danger. À ce moment-là je ne suis pas conscient de ma peur, je l’oublie et je fonce, je (me) fais croire que j’ai confiance.

 

On reconnaît ici les 3 réactions automatiques face à un stress : attaque, fuite ou sidération.

 

J’alterne entre ces différentes possibilités même si j’ai une tendance générale à choisir l’une ou l’autre. C’est visible chez tous les ennéatypes car chacun dans l’ennéagramme vit ces 3 réponses au stress, mais tu le verras beaucoup plus chez moi !

 

Le 6 contre-phobique peut très bien masquer sa peur mais il ne dupe pas les connaisseurs de l’ennéagramme : tu verras tous les mécanismes quand même (loyauté au cadre, projection, doute/aveuglement…)

Vertu : Courage

Dans l’Essence, je me reconnecte à la réalité et je sors de mes peurs fantasmées et amplifiées. 

À la place de cette peur, je vis le Courage, celui qui ne nécessite justement pas la peur.

 

 

Il ne faut pas le confondre la Témérité qui est ma contre-passion où je fais croire que je n’ai pas peur et où je vais me mettre en péril inutilement pour me prouver quelque chose.

Je vis simplement dans le présent et j’agis avec bravoure, dans une neutralité émotionnelle.

 

Ça ne veut pas dire que je n’ai plus peur du tout, dans une situation réellement dangereuse, elle sera toujours présente (et heureusement !).

Sous-types du type 6 :

Conservation : Cordialité. Je suis très cordial avec tous, il ne faut pas que j’attire les foudres de qui que ce soit. Donc j’use et abuse de formules cordiales pour montrer patte blanche. On pourrait me confondre avec un centre émotionnel tant je peux sembler sympathique.

Social : Devoir. Je suis l’incarnation même de tous les principes, toutes les règles, du Cadre. Je m’y dévoue totalement et je fais en sorte que les autres le respectent aussi.

Sexuel/tête-à-tête : Force/Beauté. Je suis beaucoup plus en mode contre-phobique et j’exprime ma force (pour les hommes) ou ma beauté (pour les femmes). 

Je peux être très musclé, mais si tu viens me taper, tu verras très vite que je suis pas un instinctif comme un ennéatype 8. Je peux aussi chercher la sécurité dans un statut, un métier, une posture.

Ailes du type 6 : 5 et 7

Mes ailes m’apportent de l’assurance et de la réflexion.

 

L’aile en 5 m’apporte plus de recul et d’objectivité, moins de dépendance émotionnelle et intellectuelle (grâce à la dissociation du type 5). Par contre elle ajoute encore plus d’angoisse, moins de légèreté, plus d’inquiétude par rapport à l’inconnu.

 

 

L’aile en 7 m’apporte plus de légèreté, de joie et d’imagination, moins de peur concernant le futur et moins de timidité. Par contre elle rend mon cerveau moins “objectif”, encore plus de justification de mes peurs et de mes projections, à coup de raisonnements foireux.

Es-tu de Type 6 ?

Toute cette page est destinée à te donner de l’information sur le type 6 : vois ce qui résonne chez toi.

 

Comme toujours, pour trouver ton ennéatype, commence par éliminer les hypothèses une par une au lieu de confirmer ce que tu crois : tu éviteras au maximum le biais de confirmation qui risque de t’emmener sur une fausse piste.

 

Si tu souhaites être aidé et guidé dans le processus pour trouver ton type ou quoi en faire dans ta vie, tu peux réserver un bilan de personnalité.

Développement personnel pour le type 6

L’ennéagramme m’apprend que je baigne dans un océan de peurs.

Je suis le type de personnalité le plus peureux. Même si je peux bien le cacher avec ma tendance contre-phobique.

Il est important que j’apprenne à mesurer le danger réel et le danger inventé de toute pièce par ma tête.

J’ai tout intérêt à faire preuve de discernement et constater ce que je projette sur les autres et qui m’appartient.

Je peux aussi regarder comme mon Cadre est une invention de toutes pièces qui me permet de me protéger et voir dans quelle mesure je peux l’assouplir, l’agrandir voire, pourquoi pas, en sortir. 

 

Communiquer pour le type 6

L’ennéagramme peut te permettre de réaliser que le cadre est ce qu’il y a de plus important pour moi. Sans ça, je n’existe pas.

Si tu veux relationner avec moi, il serait intéressant que tu saches quel est mon cadre et que tu le respectes.

Ça te permettra de beaucoup mieux me comprendre et je pourrais commencer à te faire confiance (pas trop quand même).

Tu me verras forcément à un moment donné dans ma dominante phobique, à fuir le danger. À ce moment-là, comprends bien que c’est la panique pour moi.

J’ai pas besoin d’être raisonné, juste rassuré.

Personnalités du type 6

Alexandre Astier, Adolf Hitler, Eric Zemmour, Marine Le Pen, Thomas Durand (tronche en biais), Georges Orwell, Jean-Jacques Crèvecœur, Stromae, Mahatma Gandhi, Arthur (Kaamelott), Bohort (Kaamelott), Maximus (Gladiator)

 

Le type 6 est bien représenté dans les métiers relatifs à la sécurité. Même si tout l’ennéagramme peut se retrouver dans ce type de métier.

Citations du type 6

“L’homme est un loup pour l’homme.”

“Quand notre parti ne comptait encore que 7 membres, il exprimait déjà deux principes : premièrement, il voulait être un véritable parti idéologique; deuxièmement, il ne tolérait aucun compromis dans l’exercice du seul et unique pouvoir en Allemagne.” Adolf Hitler

“A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.” Georges Orwell

Sommaire des ennéatypes