“J’ai senti que je devais écrire ce livre.”

 

 

L’intuition a beau être complexe à appréhender, elle nous concerne tous.

À fortiori avec l’ennéagramme où chaque type exprime son centre intuitif à sa façon.

 

 

Bien des gens ne sont pas au courant qu’ils sont intuitifs alors même que c’est une composante naturelle chez l’être humain.

 

 

Qu’est-ce que l’intuition au sens de l’ennéagramme ?

Qu’est-ce que le centre intuitif dont on parle en ennéagramme ?

Quelles sont les 9 intuitions relatives au centre intuitif de chaque ennéatype ?

Comment développer son intuition ?

 

 

Voici quelques questions que nous allons affiner dans cet article.

Instinct et intuition en ennéagramme

On entend souvent le terme intuition pour quelque chose qui relève de l’instinct.

 

 

De quelle intuition on parle ici ?

 

Il y a “l’intuition” du centre instinctif, relatif à notre ressenti spontané, ce que nous évoque quelque chose, quelqu’un. 

 

Une personne qu’on ne sent pas.

Un lieu où l’on est pas à l’aise sans savoir pourquoi.

Un aliment qui nous attire fortement.

 

C’est une réaction instantanée, non réfléchie et automatique, ça vient tout seul.

 

 

Cette intuition est plutôt une sorte d’instinct de survie, animal, d’un ressenti immédiat, relatif au centre instinctif (sans aucune connotation péjorative).

 

 

On parlera donc d’instinct pour bien différencier : cet instinct découlant du centre instinctif se base sur l’expérience passée.

(Les types de personnalité de l’ennéagramme préférant le centre instinctif sont les types 8, 9 et 1)

 

 

Cela peut être une expérience passée de ma propre vie. Par exemple, suite à une agression par un type avec une grosse moustache, je peux déclencher des réactions de stress et de fuite en voyant des types avec une grosse moustache.

Ça peut aussi être une expérience de mes ancêtres passés : quand j’entends un bruit dans les fourrés ou qu’une grosse araignée me tombe dessus, le système de stress se met en route tout seul, le corps réagit, il y a une réaction de défense immédiate. 

 

 

De la même manière, si je vois un énorme champignon rouge, j’aurai plutôt une réaction de “NON” et si je vois un buisson de magnifiques framboises, j’aurai plutôt une réaction de “OUI”.

 

Le centre instinctif est aussi le résultat de dizaines, voire centaines de milliers de générations avant moi. Mon système nerveux résulte de millions d’années d’évolution.

 

Je n’ai pas besoin d’avoir été attaqué par un serpent pour avoir une réaction instinctive de fuite en le voyant.

 

 

 

C’est un oui/non viscéral, ressenti dans le corps puisque relatif au centre instinctif.

 

La réponse est polarisée : c’est noir ou blanc.

 

Le centre instinctif est assez évident, grossier, on le sent.

 

Avec un petit bémol : ça peut être plus difficile à sentir, plus subtil, chez les personnes qui répriment le centre instinctif et/ou ceux qui ont des transes de dissociation, de suppression de sensation…

 

 

L’intuition dont on va parler aujourd’hui est différente.

 

C’est une intuition à laquelle tout le monde n’a pas accès, pas parce qu’elle est réservée à des élus, mais simplement parce qu’elle demande une certaine intégration de la personnalité et que cette intégration est difficile et demande d’aller à contre-courant de la pente de l’ego.

 

L’intuition est une fonction inhérente au centre intuitif qui remplace le centre instinctif dans l’essence.

 

Cette intuition n’est ni une pensée, ni une émotion, ni une sensation.

 

 

C’est un amalgame de tout cela, une équation instantanée qui prend toutes les informations en notre possession et qui en fait une résultante.

La réponse est ainsi beaucoup plus subtile, nuancée, précise.

 

 

On ne pourrait pas expliquer comment, mais cette intuition nous amène à une décision, à un choix, à quelque chose de juste pour nous.

 

Cette intuition peut se manifester sous forme d’un ressenti quelque part dans le corps, d’une petite voix discrète, d’une image, d’une évidence.

Quand le centre instinctif devient intuitif

 

Différencions bien l’instinct de l’intuition :

– L’instinct est une réaction des tripes instantanée permettant la survie en évitant une plante toxique, un endroit dangereux ou une personne malveillante à notre égard…

“Je le sens pas” c’est de l’instinct. C’est une réaction primaire polarisée.

 

– L’intuition est autre chose, elle est le résultat de toutes les informations conscientes et inconscientes que nous avons à disposition. Nous avons ainsi une sorte d’immense bibliothèque d’informations qui se maniste par un canal subtil et qui nous guide dans notre vie. 

 

Le centre intuitif est à l’essence ce que le centre instinctif est à l’ego : c’est un effet secondaire de l’essence.

 

L’intuition est d’autant plus présente qu’on est nous-mêmes présent à ce qui est.

 

Au plus on est dans notre ego, au plus on nage dans un océan hypnotique, noyés dans nos transes quotidiennes. Dans ces circonstances, impossible de voir, entendre ou sentir quoi que ce soit, puisqu’il n’y a pas d’espace pour laisser venir cette intuition.

 

L’intuition, comme un petit oiseau, vient se poser s’il y a de la place pour elle et y déposer son information.

 

L’intuition demande d’avoir préalablement vidé sa coupe, être présent à soi et être présent à l’autre.

 

Selon Helen Palmer, enseignante en ennéagramme spécialiste de l’intuition : “L’intuition peut être comprise comme l’effet secondaire émergeant du retrait de l’attention des pensées et des sentiments habituels.”

 

Ca ne fonctionne pas comme un interrupteur en mode “je n’ai pas accès à mon centre intuitif et d’un coup, PAF, je suis assez intégré, c’est bon j’ai déverrouillé le potentiel.”

 

Non, c’est comme un potentiateur : au plus je m’intègre, au plus je laisse de la place à l’essence, au plus le centre intuitif va prendre de l’espace également.

 

Ca va, ça vient, ce n’est pas acquis pour toujours, comme l’intégration.

Les 9 types d'intuition

Chaque profil de l’ennéagramme surutilise son centre préféré et évite compulsivement tout une partie de la réalité. Cela fait que, dans l’essence, chaque ennéatype a son intuition particulière.

 

 

L’intuition fait partie des applications concrètes de l’ennéagramme.

Le centre intuitif du type 1 : perfection potentielle d’une situation. Il a une idée claire de ce qui pourrait être fait de manière réaliste pour améliorer les choses. Il n’y a ni jugement, ni critique puisqu’il est en paix avec ce qui est (vertu de sérénité).

 

 

Le centre intuitif du type 2 : reconnaître les sentiments réels de l’autre. Il ressent réellement comment l’autre se sent, sans interpréter, sans juger, sans chercher de la reconnaissance. Il est au contact de ses besoins et ses émotions réelles.

 

 

Le centre intuitif du type 3 : percevoir les attentes véritables des gens. Il ne sélectionne pas simplement celles dont la satisfaction lui vaudra de l’admiration, mais les attentes réellement utiles qui correspondent à lui.

 

 

Le centre intuitif du type 4 : se connecter à ce que ressentent réellement les autres, notamment à son égard. Il évite l’introjection et découvre que son impression d’être abandonné et rejeté est illusoire. 

 

 

Le centre intuitif du type 5 : connaître sa véritable position dans une situation, au-delà du détachement habituel. Il est délivré de la peur de ses émotions et du besoin excessif de créer une carte. Il accepte sereinement ce qu’il vit.

 

 

Le centre intuitif du type 6 : il perçoit les intentions véritables des autres, information qui est masquée dans son ego par la projection. La peur des autres se dissout, elle est remplacée par la foi.

 

 

Le centre intuitif du type 7 : connexion entre différents contextes. Il rapproche ce qu’il est en train de vivre et les contextes de sa vie pour lesquels il est utile de faire une connexion.

 

 

Le centre intuitif du type 8 : évaluer avec justesse l’énergie et puissance des autres, réelle et pas fantasmée. 

 

 

Le centre intuitif du type 9 : percevoir ce que vivent, ressentent et pensent les autres. Il peut faire ça sans perdre son propre vécu.

Comment développer son intuition avec l'ennéagramme

En y regardant bien, le centre intuitif n’est pas accessible quand nous sommes dominés par l’ego de notre ennéatype.

Pourquoi ?

Parce que quand nous sommes dans les mécanismes égotiques de notre type ennéagramme, il n’y a de la place pour rien d’autre.

 

L’intuition ne peut pas se manifester s’il n’y a pas de place pour elle.

Rappelons qu’au sens de l’ennéagramme, l’ego est l’identification au centre préféré qui est surutilisé dans une direction (ou les deux pour les 3, 6 et 9).

Cette agitation du centre préféré le pervertit et nous fait croire qu’il n’y a que lui, qu’il est l’alpha et l’omega.

Comment développer son centre intuitif ?

Il n’y a évidemment pas de mode d’emploi (quoiqu’il existe de la formation), par contre des pistes de réflexion.

1/ Le calme et le silence. C’est une condition sine qua non. À être toujours dans l’agitation, l’action, la réflexion, il n’y a pas de vide.

Or, l’intuition a besoin d’espace pour qu’on puisse l’entendre et l’écouter.

La présence se développe avec l’entraînement, que ce soit avec la méditation, la cohérence cardiaque, la contemplation… Les classiques du développement personnel.


2/ L’intégration : au plus il y a de la place pour l’ego, au moins il y en a pour le centre intuitif qui est une caractéristique de l’essence.

L’intégration de la personnalité permet de lâcher prise sur le mécanisme de défense, la passion et la fixation. 

Ce lâcher prise laisse émerger l’essence et donc aide à développer le centre intuitif.

L’intégration de l’ennéatype va de pair avec le développement spirituel.


3/ Pratiquer : écouter l’intuition, tendre l’oreille, aide beaucoup.

À force de la considérer, de laisser de l’espace et d’écouter ce que ça dit, ça développe de plus en plus ce sens si particulier.

C’est un travail comme un autre, on y revient encore et encore au fil de notre vie et l’intuition s’affine.


4/ Faire confiance : dans l’intuition, il y a l’idée de foi. 

L’écouter est une chose, la suivre en est une autre.

Parfois, l’intuition viendra comme une information inconfortable qui remet tout en question.

Quand quelque chose vient de l’intuition, généralement ça ne trompe pas.

Les obstacles à l'intuition

1/ Un mental beaucoup trop présent : un central mental très présent cherche à tout comprendre, analyser, anticiper. Ca rassure les types 5, 6, 7, qui cachent toujours une problématique de peur. (en particulier l’ennéatype 6 qui est le profil type de l’individu submergé par sa peur omniprésente)

2/ Des émotions submergeantes : un centre émotionnel très présent emmène l’individu à avoir difficilement accès au reste de son être et donc à son centre intuitif. Ca peut être particulièrement le cas des type 2 et 4 (le 3 peut se couper facilement de ses émotions sous stress).

3/ L’ego de notre type de personnalité : dans l’ennéagramme, chaque profil a ses mécanismes propres et, lorsqu’ils sont présents, ils prennent généralement toute la place.


Ces obstacles ne sont pas évidents à dépasser seul. Cela peut être intéressant de travailler avec un accompagnant spécialisé en ennéagramme si c’est ton désir.

Pour aller plus loin avec l’ennéagramme, trouver ton type et savoir qu’en faire, tu peux réserver un bilan de personnalité offert.