Comment se comporte un type 2 de l’ennéagramme en relation de couple ?


Si tu es toi-même de type 2 ou que ton partenaire est de type 2, lis la suite !

En effet, même si le type ennéagrammme ne permet pas de savoir avec qui tu vas bien t’entendre, en connaissant le type l’un de l’autre dans le couple, cela peut éviter bien des problèmes et contribuer au développement d’une relation harmonieuse.


Tu vas découvrir :

– Les rappels sur l’ennéatype 2

– Comment repérer le type 2 dans la relation ?

– Comment est le type 2 en couple

– A quoi faire attention avec l’ennéatype 2

– Les points de friction potentiels dans la relation avec un type 2


Partons à la rencontre du 2 !

Rappels sur le type 2 de l'ennéagramme

Avant d’aller plus loin sur le type 2 dans la relation de couple, assurons-nous d’être sur la même longueur d’onde sur ce type de personnalité.

Cela va t’aider à mieux connaître ton partenaire de vie.

 

 

Attention, tout ce qui est exprimé ci-dessous décrit particulièrement un type 2 dans l’ego.

 

 

Comme tous les types de l’ennéagramme, lorsque l’ego est visible il est plus facile de repérer l’ennéatype de la personne. Et tu as de la chance, la plupart des gens ont un ego bien visible.

 

Le type 2 est un profil émotionnel : son centre préféré est l’émotionnel, c’est-à-dire qu’il l’utilise en priorité au quotidien. Rappelons que le centre émotionnel est dans le présent, s’occupe des émotions, d’être en relation, de s’adapter. Sa problématique est l’identité et l’image.

Le centre émotionnel de ce profil étant surutilisé vers l’extérieur, il s’identifie aux émotions des autres.

 

 

En clair, son identité dans l’ego = je suis les émotions des autres.

 

Il a tendance à confondre les émotions des autres et ses propres émotions.

 

Cela en fait une personne très attentionnée qui a tendance à vouloir aider autrui. 

Par extension, les types 2 ont souvent beaucoup de relations, ils aiment les gens et ne cachent pas leurs émotions et sentiments, ils sont très expressifs !

 

Son orientation est l’amour : l’ennéatype 2 apporte de l’amour dans ce monde de brute.

 

 

La compulsion du type 2 est de reconnaître ses propres besoins. Dans l’ego, il ne peut pas se le permettre : il y a ainsi toute la place pour les autres.

 

Son mécanisme de défense est la répression de ses besoins. 

 

Voilà pourquoi il fait toujours passer les besoins des autres avant les siens.

Il minimise l’importance de ses besoins, il ne les considère pas.

Ce n’est pas rare qu’un type 2 finisse en mauvaise santé à force de renier ses propres besoins. Il se crée souvent des maladies de sorte à ce qu’on prenne soin de lui sans qu’il n’ait à l’exprimer, pouvant aller jusqu’à un haut niveau de dépendance.

 

 

Le type 2 tombe facilement dans la manipulation émotionnelle pour aider les gens qui n’ont rien demandé, quitte à se mettre en colère et les faire culpabiliser s’ils n’acceptent pas son aide.

Le 2 désintégré peut aller jusqu’à halluciner des besoins chez l’autres qu’il n’a pas. (exemple classique : “mets ta veste tu vas avoir froid” alors que c’est lui qui a froid)

Quand il va loin dans son niveau de stress, l’ennéatype 2 devient très caractériel : il peut devenir très agressif, être très rentre-dedans et exploser de colère (cela dépend la variante alpha ou mu).

 

Au fond, le type 2 croit qu’il ne vaut rien et il fait tout pour prouver qu’il a de l’importance, de la valeur aux yeux des autres. Cela en fait une personne qui a peur de la solitude, peur d’être rejetée par les autres, peur d’être abandonnée par ses proches. 

 

La plus grande peur de l’ennéatype 2 est la peur de ne pas être aimé, voulu, désiré.

 

Donc forcément, son plus grand désir est celui d’être aimé.

 

Sa fixation de flatterie lui permet d’avoir un radar à repérer ce qui est bien chez les gens, il n’est pas avare de compliments. Il souligne le positif chez les gens et il le pense vraiment.

 

Sa contre-fixation est le dédain. Si tu n’acceptes pas son aide, il te dédaigne et fait mine de t’ignorer pour que tu reviennes à genoux le supplier de t’aider. C’est le fameux : “c’est comme ça que tu me remercies ? Après tout ce que j’ai fait pour toi !”

 

 

Sa passion, c’est l’orgueil. Le type 2 tire beaucoup de satisfaction de l’aide qu’il apporte aux autres.

Autant il n’aime pas recevoir (parce qu’il croit ne rien valoir), autant il aime qu’on reconnaisse ce qu’il a fait pour nous. Attention cependant, si la reconnaissance est un peu trop manifeste, le type 2 se sent très mal à l’aise. 

 

Imagine la reconnaissance comme de l’eau. Le 2 en raffole, mais son contenant est une petite tasse. Si tu lui en donnes beaucoup d’un coup, c’est trop pour lui, il ne peut pas accepter de recevoir autant d’amour d’un coup (puisqu’il est persuadé de ne rien valoir).

 

 

La tâche aveugle du type 2 est l’égoïsme de tout ce qu’il fait pour les autres : il (se) fait croire que c’est désintéressé alors que ce n’est pas du tout le cas. Il est un “faux altruiste” car, même s’il dit être altruiste, il n’a juste pas conscience que c’est pour lui qu’il fait tout ça, au fond.

 

Attention : ne dis pas ça en face à un ennéatype 2, garde-le pour toi…

 

Sa contre-passion est l’effacement. Il se minimise pour faire comme s’il n’avait aucun orgueil, même s’il sait très bien que c’est grâce à lui et qu’il est très conscient de ce qu’il a fait pour toi.

 

 

Dans l’essence :

Dans le centre émotionnel, la passion fait place à la vertu. Chez le 2, l’orgueil fait place à l’humilité et la modestie. Il cesse de croire que tout est grâce à lui, il prend conscience de ses limites.

 

Dans le centre mental, la fixation fait la place à l’idée supérieure. Chez le type 2, la flatterie fait place à la liberté. Il entre en relation avec une liberté choisie, il apprend à dire non, il est capable de se centrer sur lui.

Mon partenaire est-il de type 2 ?

Pour savoir si ton partenaire de vie (ou toi-même) est de type 2, c’est toujours le même principe.

 

Ne lui fais pas passer de test ! Tu connais mon avis sur l’absence de pertinence d’un test ennéagramme…

 

Comme pour ton propre type ennéagramme, je t’invite à ignorer tout test et à procéder par élimination pour éviter le biais de confirmation d’hypothèse.

 

 

Si tu penses qu’il/elle est de type 2, tu vas sélectionner les arguments et les exemples qui te donnent raison !

 

Ceci étant précisé, tu peux te poser ces questions :

– Vois-tu un centre émotionnel tourné vers l’extérieur ?

– Se fait-il toujours passer après les autres ? A-t-il tendance à se négliger ?

– A-t-il une tendance à manipuler émotionnellement sans s’en rendre compte ?

– Fait-il facilement des compliments aux autres ?

– A-t-il de la difficulté à recevoir des compliments ?

– A quel point cherche-t-il à aider/conseiller les autres ?

 

Pour valider un type, tu dois retrouver impérativement les mécanismes : évitement compulsif, mécanisme de défense, passion (et/ou contre-passion), fixation (et/ou contre-fixation.

 

Le type 2 peut parfois être confondu avec le type 7.

 

Pour différencier, le type 7 est une personnalité avec une énergie très différente : il est beaucoup plus centré sur lui et son nombril, tendance à être narcissique, il est le manipulateur mental de la bande.

Le type 2 est une personnalité tournée vers les autres et n’a pas ce côté narcissique de l’ennéatype 7.

Evidemment, même si tu sais son type, ne le lui dis pas ! 
S’il/elle veut s’y intéresser, laisse-lui ce plaisir.

Ca ne t’empêche pas de connaître son profil et de l’utiliser pour œuvrer dans le développement de ta relation de couple.

L'ennéatype 2 en couple

Si tu as bien compris le type 2, tu vas comprendre logiquement les problèmes générés par son ego au sein d’une relation de couple.

 

C’est quelqu’un de très dévoué qui fera tout ce qu’il faut : s’occuper de la maison, s’occuper des enfants… Il se sacrifie sans aucun problème pour les autres.

 

Le type 2, réprimant ses besoins, est souvent incapable d’exprimer une demande claire et directe en lien avec ses besoins.

Il exprime très indirectement ses demandes pour qu’on prenne soin de lui.

Par exemple, il va se frotter la nuque et exprimer à voix haute “aïe aïe” et faire bien comprendre à tout le monde qu’il a mal en espérant que quelqu’un vienne le masser. Et encore, il pourrait dire “non non ne t’embête pas pour moi. Je te sers quelque chose à boire ?”

 

Lorsqu’il accumule beaucoup de ressentiment et qu’il manque cruellement de reconnaissance (ce qui arrive souvent), il devient vindicatif et traite les autres d’égoïstes. 

Il est fatigué de tout faire pour les autres… mais il le fait quand même.

 

Selon son niveau d’intégration, il peut être assez envahissant et intrusif.

 

Le type 2 peut tomber dans le mode victime par défaut et se plaindre de l’ingratitude des autres.

A quoi faire attention : à éviter avec les 2

Il y a un certain nombre de points qui vont considérablement t’aider si tu es en relation de couple avec un type 2, ou en relation tout court.

 

C’est là où l’ennéagramme est un outil extrêmement précieux.

 

Le principe est de détendre son ego pour éviter de déclencher ses mécanismes et vivre une relation plus harmonieuse.

 

Dans le cadre du développement d’une relation saine, voici 3 points à éviter dans une relation avec un type 2 :

 

1/ Ne pas le remercier pour son aide : il le prend très mal, car c’est de là qu’il tire son identité. Il y a encore pire : ignorer son aide ou l’ignorer tout court.

 

2/ Le traiter d’égoïste : le 2 est convaincu de tout faire pour les autres, il se croit vraiment altruiste. Ca pourrait le mettre en colère qu’on lui dise ça (d’autant plus que c’est vrai).

 

3/ Manquer d’attention à son égard : il a besoin de savoir qu’il existe à tes yeux, il a besoin de reconnaissance, de se sentir en sécurité dans la relation.

Les points de frictions possibles

Tous les types de l’ennéagramme peuvent être insupportables en particulier sous stress.

Le type 2 de l’ennéagramme peut être particulièrement envahissant. 

Au plus la personne est sous stress, au plus ces points de tension sont importants et visibles (puisque ce sont les mécanismes inhérents à l’ego).

Les zones de tension qui peuvent détruire la relation sont toujours les mêmes :

 

– Son côté envahissant et fusionnel (il a peur d’être seul)

 

– Son avis et ses conseils qu’il donne tout le temps même quand on ne lui a rien demandé

 

– Ses reproches (voire sa colère) quand on n’accepte pas son avis/ses conseils

 

De ton côté, pour le développement d’une relation saine, il est important que tu sois capable de :

 

– Être présent à lui (il craint la solitude)

 

– Donner des signes de reconnaissance en étant démonstratif (mais pas trop car ça pourrait le brusquer) et en exprimant tes sentiments pour l’aider à se sentir en sécurité

 

– Satisfaire ses besoins et l’aider à les exprimer

 

– Demander son avis pour le faire entrer en contact avec ses besoins

 

– Reconnaître ses tentatives de manipulation et poser tes limites quand ce n’est pas OK pour toi.

 

– L’aider à dire non.

 

Attention aux dangers de l'ennéagramme

L’ennéagramme est un modèle profond et précis, mais attention : ne résume pas ton/ta partenaire à un type de l’ennéagramme.

 

C’est l’un des risques de l’ennéagramme : se servir du modèle pour enfermer les autres. C’est la pire façon d’envisager une relation.

 

Ton partenaire n’est pas UN type ennéagramme : il est bien plus que cela, il a son histoire, sa culture, ses particularités.

 

Il a son empreinte bien spécifique, sa façon bien à lui de vivre son type 2.

 

L’ennéagramme ne doit surtout pas servir à enfermer l’autre dans son type, mais plutôt l’aider à voir sa cellule et à en sortir.