Comment connaître son type de personnalité en ennéagramme ? 

Y a-t-il des tests pour identifier son profil ? Quelles sont leur pertinence ?

Quelles sont les meilleures pistes pour découvrir son profil ?

 

Si tu es ici c’est que tu te poses l’une de ces questions.

Peut-être que tu cherches un test sur l’ennéagramme pour identifier ton type de personnalité parce que tu souhaites mieux connaître ta personnalité, trouver un outil de connaissance de toi.

Que ce soit pour le domaine professionnel, pour ton développement personnel, parce que tu es coach… Tu es au bon endroit !

 

Si tu désires trouver ton profil de personnalité en ennéagramme, je t’invite vivement à prendre quelques minutes pour lire les lignes qui suivent parce que c’est important.

 

 

Découvrir son type de personnalité relève plus de la démarche de connaissance de soi que d’un test qui nous dirait d’une minute à l’autre qui nous sommes.

Un test aussi rigoureux soit-il ne peut pas se substituer à une observation minutieuse et patiente de nos mécanismes égotiques.

Sur cette page, tu vas avoir toutes les clés en main pour te typer correctement.

Un rappel important !

 

L’ennéagramme est un outil de connaissance de soi qui définit 9 profils de personnalité (les ennéatypes) en se basant sur les motivations et NON les comportements.

Il est donc impossible de se typer en observant simplement ce que nous faisons.


L’ennéagramme nous apprend justement qu’il existe 9 motivations derrière nos actions, nos décisions et nos paroles.

9 ennéatypes, 9 façons de voir le monde, 9 profils de personnalité.

 

Il y a beaucoup plus de nuances que 9 profils (c’est abordé sur ce site), cependant tout humain rentre dans l’un des 9 ennéatypes.

Comment connaître son ennéatype ?

Il existe de multiples façons de trouver son profil en ennéagramme, des plus ou moins efficaces, des plus ou moins éthiques. J’en ai identifié 5 principales :

1/ Passer un test ou un questionnaire

2/ Demander à une personne qui connaît l’ennéagramme

3/ Suivre une formation en présentiel

4/ S’observer, s’analyser et faire sa propre hypothèse

5/ Faire appel à un coach

Passons les en revue.

Passer un test ou un questionnaire en ennéagramme, est-ce fiable ?

 

Il existe de nombreux questionnaires et tests pour déterminer son profil de personnalité.

La plupart sont complètement fumeux, donnent des résultats foireux et ne reposent sur aucune base solide.

 

Seuls trois tests (en anglais) ont une approche scientifique :

• Le RHETI de Don Richard Riso et Russ Hudson

• Le WEPSS de Jerome Wagner

• Le SEDIG de David Daniels et Virginia Price.

 

Ces tests plafonnent à maximum 70% de fiabilité (et encore je suis sceptique).

Autant dire qu’il y a énormément de faux résultats.

Une chance sur 3 de trouver un ennéatype erroné via un test, c’est beaucoup.

 

Un test aussi rigoureux soit-il ne peut pas rendre compte de la complexité des motivations qui sous-tendent nos comportements.

 

Cale peut aider à dégrossir mais avec une telle imprécision dans les résultats, nous ne pouvons pas nous permettre de nous arrêter là.

 

Il est impossible de se passer d’une observation et d’une analyse personnelle pour trancher le type de personnalité qui nous correspond.

 

 

Autant économiser 1 heure de test et faire la démarche jusqu’au bout (sur ce site par exemple). Il en va de notre vie, de notre connaissance de nous-mêmes, c’est un sujet important qu’il serait dommage de bâcler.

 

 

Les tests en ennéagramme sont à l’image du LOTO : les gagnants reçoivent une somme astronomique subitement sans avoir développé l’état d’esprit de la richesse.
Souvent ils perdent tout en quelques années, ruinent leur famille, finissent dépressifs.

 

Jouer au LOTO est motivé par l’idée du gain rapide et sans effort, ce qui est devenu l’état d’esprit dominant dans cette société : plats préparés, achat en un clic, notifications instantanées…

 

 

Avec cette même mentalité, nous voulons trouver tout de suite notre ennéatype, via un test, une baguette magique, sans faire le travail nécessaire.

 

Déterminer son ennéatype, comme la richesse, est un processus, pas un événement.

En réalité, la découverte de notre ennéatype en tant que telle est déjà un travail de connaissance et de découverte de soi !

 

Passer un test est, au final, peu intéressant dans une réelle démarche de connaissance de soi. Ca relève du fast food du développement personnel.

 

Comme si tu te contentais d’un résumé de film au lieu de voir le film…

Découvrir son ennéatype : un cheminement

Parmi les autres options pour trouver un type de personnalité dans l’ennéagramme, nous pouvons demander à un expert du sujet de nous typer.

 

Le hic est que nous retombons dans la même mentalité LOTO que pour le test ou questionnaire.

Ajoutons à cela les biais liés à l’individu : il peut être autant expert qu’il veut, son avis est biaisé par sa perception et cela peut nous induire en erreur.

J’ai entendu tellement de mauvais typages…

 

 

Notre ennéatype, c’est à nous de le trouver.

Voilà pourquoi dans le code d’éthique, nous nous abstenons dire aux autres leur ennéatype, avec ou sans leur consentement : c’est irresponsable.

 

 

Il est aussi possible de suivre une formation en présentiel, ça peut beaucoup aider et amener de la clarté. Par contre ça prend du temps, de l’énergie et de l’argent et ce n’est pas dit de trouver pendant la formation. Souvent ça prend plus de temps et c’est bien normal. À noter que si tu souhaites te former, je te recommande chaudement le présentiel, la formation en ligne est très limitée pour baigner dans l’ennéagramme, autant lire des livres ou simplement ce site.

 

Il nous reste alors la 4ème option : adopter la démarche scientifique avec une observation et une analyse fine de notre personnalité.

 

Même si tu utilises l’une des 3 premières, tu ne peux pas y couper si tu veux connaître réellement ton ennéatype.

 

 

Et ça, tu peux le faire gratuitement et maintenant, en continuant de lire cette page !

(Tu peux même profiter d’un bilan de personnalité offert, si si.)

Comment se typer ? Les 5 étapes

1. Repérer la hiérarchie des centres

La première chose à faire indépendamment de l’ennéagramme, c’est regarder tes 3 centres en actions : mental, instinctif et émotionnel.

Regarde comment tu filtres le réel en premier lieu : observe-toi agir.
Qu’est-ce qui te met en mouvement ? Qu’est-ce qui te fait prendre une décision ?

 

Quand tu es fatigué, stressé, qu’est-ce qui saute en premier ? Qu’est-ce que tu n’arrives plus à faire ?

Découvrir ton type de personnalité commence par là.

 

Trouver ton centre dominant t’informe déjà de ton fonctionnement et te renseigne sur ton ennéatype.

Si c’est le centre mental : tu es de type 5, de type 6 ou de type 7.

Si c’est le centre émotionnel : tu es de type 2, de type 3 ou de type 4.

Si c’est le centre instinctif : tu es de type 8, de type 9 ou de type 1.

2. Éliminer une à une les 9 hypothèses

Attention, le plus gros risque de mauvais résultats est de partir pré-convaincu et chercher à valider ton hypothèse en fonction de ce qu’un test t’a dit, ou selon une discussion avec quelqu’un, ou selon ce que tu crois de toi.

 

À la place, je t’invite à prendre les 9 types de personnalité de l’ennéagramme, un par un en détail et regarder :

1. Chaque caractéristique de l’ego : évitement compulsif, mécanisme de défense, passion, fixation. Ils doivent être TOUS présents avec des exemples de ta vie à l’appui.

 

2. Chercher des contre-exemples pour écarter les hypothèses fausses une par une.

3. L’ennéatype qui reste à la fin est le tien. Il en restera peut-être 2 ou 3 que tu n’arriveras pas à différencier. Tu peux t’aider des points suivants.

 

Quelques exemples :

– Si tu as 2 exemples récents qui prouvent que tu as parlé de ta vulnérabilité sans la moindre difficulté à plusieurs personnes, l’hypothèse du 8 tombe à l’eau car il n’y a pas d’évitement de la faiblesse avec le mécanisme de déni.

– Si tu constates que tu n’es jamais en train d’imaginer des plans géniaux à propos du futur, l’hypothèse du 7 tombe à l’eau car il n’y a pas la fixation de “Futurisation”.

– Si tu t’en fiches d’être différent des autres et que ça te va très bien d’être comme tout le monde, l’hypothèse du 4 tombe à l’eau car il n’y a pas l’évitement compulsif de la banalité.

3. Observer les sous-types

Pour rappel, en ennéagramme les sous-types correspondent au centre instinctif.

Si tu hésites entre 2 ou 3 types, ils vont t’aider à confirmer ou infirmer une hypothèse.

Si tu te reconnais dans aucun des sous-types, c’est probablement que tu n’es pas dans cet ennéatype.

 

Par exemple, si tu hésite entre le type 1 et le type 6, tu peux regarder les sous-types.

En conservation, le type 1 est anxieux à propos des moindres détails imparfaits par rapport à ses idéaux alors que le type 6 est hyper-cordial avec tout le monde pour éviter le danger.

Dans le sous-type social, le type 1 cherche à imposer ses idéaux au groupe pour l’améliorer car il en voit tous les défauts alors que le type 6 fait tout pour respecter (et faire respecter) les règles du “cadre”, il en respecte tous les principes. Les deux peuvent se ressembler. 

 

Dans le sous-type sexuel, le type 1 est jaloux car il voit ce qu’il n’a pas et que les autres ont, alors que le type 6 exprime toute sa force (homme) ou sa beauté (femme) dans un élan de contre-phobie, à travers son statut, ses biens matériels, son corps…

4. Recouper les informations

 

Dans l’ennéagramme, les indices sont partout : ton histoire, tes décisions, ton lieu de vie, ton couple, ton métier…

Il s’agit de remonter aux motivations sous-jacentes avec la question “Pourquoi ?”.

 

Tu peux ainsi recouper entre la hiérarchie des centres, les 9 ennéatypes et les sous-types.

 

Tu peux t’aider des souvenirs d’enfance ou d’adolescence avant l’âge de 16 ans : c’est beaucoup plus évident car l’ego y est très actif et il n’y a pas encore eu le développement des ailes.

 

 

Pour valider ton ennéatype, tous les mécanismes doivent être présents.

 

5. Et si j'hésite entre plusieurs types ?

 

C’est complètement normal.

Il suffit que tu prennes les types avec lesquels tu hésites puis tu les testes dans le réel.

 

Comment ?

 

En prenant des faits de ta vie.

Par exemple, tu as fait un tour du monde en sac à dos pendant 1 an.

Questionne : Pourquoi l’as-tu fait ? 

Pour rencontrer des gens ? Parce que c’est un idéal de vie pour toi ? Pour que tu puisses dire “j’ai fait un tour du monde” ? Parce que tu as suivi quelqu’un ?

 

Tout ça te donne des indices.

 

Et surtout, SURTOUT, l’enjeu est d’être honnête envers toi-même, de ne pas chercher à te bullshiter car une approche mentale de l’ennéagramme sans plonger dans tes tripes te mènera à coup sûr dans l’erreur.

 

 

Pour éviter ça, tu peux en discuter avec quelqu’un qui connaît l’ennéagramme, pas pour qu’il te dise son hypothèse, mais pour qu’il t’aide à te poser les bonnes questions.

 

Pour identifier ton type de personnalité, un coach peut t’aider et t’apporter de la clarté en te questionnant, avec le bilan de personnalité offert sur ce site par exemple.

 

 

 

Et après ?

 

Une fois ton hypothèse posée, qu’en faire ?

 

1/ Il s’agit d’abord de valider l’hypothèse pour être sûr que l’ennéatype est bien ton profil de personnalité. L’observation quotidienne va t’y aider. Même si tu es à peu près sûr, tu peux garder un doute sain, on peut avoir des surprises.

 

2/ Le jeu commence pour utiliser l’ennéagramme dans ton développement personnel, ton cheminement spirituel, dans tes relations, dans ton business, selon tes envies.

 

 

Si tu le souhaites, tu peux profiter d’un bilan de personnalité offert pour affiner ton type, tes centres ou t’aider à résoudre des problématiques liées à ton ennéatype, en cliquant sur le bouton ci-dessous.