Appartiens-tu à la famille de type 9 de l’ennéagramme ?

 

Es-tu dans une relation avec un(e) type 9 ? 

 

Peut-être as-tu un doute sur le type de ton/ta partenaire de vie ?

 

 

La personnalité de type 9 de l’ennéagramme fait partie de ceux qui peuvent être difficiles à débusquer car il fait partie des types du triangle (les types 3, 6 et 9) qui surutilisent leur centre préféré dans les deux directions.

 

 

Dans cet article, tu vas découvrir les spécificités de la relation avec un type 9 de l’ennéagramme, que ce soit toi ou l’autre.

Rappels sur le type 9 de l'ennéagramme

Avant d’aller plus loin, vérifions que nous parlons de la même chose (car la personnalité de type 9 de l’ennéagramme est souvent mal comprise et mal expliquée).

 

Le type 9 de l’ennéagramme a un centre instinctif préféré tourné vers l’intérieur et l’extérieur.

 

Rappelons que le centre instinctif est le centre de l’action, du mouvement, qui est toujours relié à une problématique de contrôle.

Contrôler l’extérieur et l’intérieur est extrêmement compliqué, par conséquent l’ego du 9 choisit un stratagème très fin : contrôler par le non contrôle. Il donne l’impression de ne rien contrôler alors que, dans l’ombre, il tire les ficelles (inconsciemment).

Son orientation “acceptation et soutien” fait de lui le bon ami que tout le monde veut avoir. 

C’est d’ailleurs pour cela qu’il se retrouve souvent délégué de classe ou président d’association, alors qu’il n’a rien demandé. 

Mes amis de type 9 m’ont souvent confirmé des anecdotes allant dans ce sens.

Il est souvent un médiateur naturel entre les gens, un “liant” qui apaise les tensions et les conflits en recréant de l’harmonie, d’où le fait que certaines écoles d’ennéagramme parlent du 9 comme “médiateur”.

Sauf que réduire le 9 au seul rôle de médiateur serait limitant car c’est seulement un rôle qu’il est capable de jouer, et ce qui compte réellement, ce sont ses motivations sous-jacentes et en particulier l’évitement du conflit dont on reparle dans un instant.

C’est ainsi quelqu’un qui se laisse porter par la vie, qui se satisfait de tout, facile à vivre et donc adaptable à tous les types.

Pour cette raison, le type 9 de l’ennéagramme a souvent des bonnes relations avec tout le monde : par exemple, plusieurs neufs ont fini personnalité préférée des français. On retrouve Zidane, Omar Sy, Yannick Noah…

 

Il a souvent un tempo lent, il est cool et posé, très routinier.

Ne nous y trompons pas, c’est un faux calme. Le type 9 réprime sa colère et, quand la coupe est pleine au bout de quelques années, ça explose et c’est dévastateur.

La plupart des gens ayant une personnalité de type 9 accumulent beaucoup de colère dans leur vie. Cette colère s’accumule, génère de plus en plus de colère, jusqu’au jour où…

Peu de personnes sont aussi dangereuses qu’un 9 qui arrive au bout de cette répression et qui fait sortir sa colère malgré lui. 

Cela étonne grandement ses proches et ça peut même faire très peur !

Cette peur est légitime car le type 9 en pleine “explosion” est dangereux, toute l’énergie réprimée depuis des années sort d’un coup d’un seul, et il ne vaut mieux pas être là à ce moment…

Son évitement compulsif est le conflit, donc pour lui, le conflit n’existe pas. Il va tout faire pour éviter les conflits, les discussions animées, au cours de sa vie. C’est la paix qui lui importe le plus.

Pour cela, il fait tout pour ne pas se connaître : 

 

Son mécanisme de défense de narcotisation et anesthésie lui permet de ne pas vivre le conflit en se coupant complètement de lui-même et de ses sensations, ses émotions, ses besoins, ses désirs…

 

Il peut se narcotiser à coup d’écrans, de substances, de sexe, de nourriture…

S’ajoute à cela sa passion de paresse, qui est essentiellement une paresse à se connaître. Il peut aussi être hyperactif (c’est sa contre-passion) et se perdre dans énormément d’actions complètement inutiles : gardons en tête qu’il a une énergie énorme puisque c’est un instinctif.

Ainsi, en ne connaissant pas ses besoins, ses émotions et ses limites, tout lui convient ! 

Donc, pas de conflit et la paix règne.

Sa fixation d’oubli de soi fait qu’il ne pense pas à lui pour ne pas gêner les autres. Sa contre-fixation de pharisaïsme se manifeste lorsqu’il prêche des vérités consensuelles qui met tout le monde d’accord.

Le mécanisme de fusion (qui fait partie des sous-types), propre au 9, le rend très malléable, il se modèle sur la personne avec qui il fusionne, en mimant ses loisirs, ses centres d’intérêt…

Il se perd littéralement dans la relation.

C’est ainsi que pour le type 9 dans l’ego, il n’y a pas d’amour car pour être dans l’amour, il faut être incarné.

Dans l’essence :

Sa vertu est l’activité. Il sait se mettre en action avec de la présence en fonction de ce qui l’anime.

Son idée supérieure est l’amour. Comme il se connaît, il est enfin incarné et sait ce qu’il aime ou non. 

Sa peur de base est d’être coupé et séparé du monde.

Son désir de base est d’être en paix, tranquille.

Les sous-types du type 9 de l’ennéagramme (qui sont relatifs au centre instinctif) peuvent aussi aider à le repérer :

• Sous-type conservation : appétit. Cette variante du type 9 engouffre d’immenses quantités de nourriture, proportionnellement au vide qu’il ressent.

 

• Sous-type social : participation périphérique. Il reste à distance des groupes, sans s’engager réellement pour éviter les conflits inhérents à l’existence d’un groupe.

 

• Sous-type sexuel/tête-à-tête : fusion. Comme il ne peut pas vivre dans une relation où il y a du conflit, il fusionne littéralement avec une personne proche de lui (son partenaire, un membre de sa famille, un ami, un maître…). Pas de personnalité, pas de conflit. La fusion est un mécanisme coûteux pour le 9 donc il le fait avec une seule personne à la fois.

 

Selon le sous-type dominant, tu peux voir la priorité de son centre instinctif.

 

Il fait partie des types du triangle (types 3, 6 et 9), qui ont une particularité : la co-répression du centre préféré.

 

Pour ces 3 profils, le centre préféré est tellement utilisé (vers l’intérieur et vers l’extérieur), qu’il disjoncte quand le type 9 est sous stress, activé par sa compulsion d’évitement du conflit.

 

Pour le type 9 de l’ennéagramme, cela veut dire que le centre instinctif devient réprimé et c’est le centre de soutien qui prend le relais.

 

 

Selon la variante alpha ou mu, c’est le centre mental ou le centre émotionnel qui prend le relais. Concrètement, voici ce que ça donne :

 

– Sous stress, le type 9 alpha (qui réprime le centre émotionnel) devient très mental, il accumule de l’information, des idées et se coupe encore plus de ses émotions. Il peut être solitaire et évacuer sa colère par un humour un peu agressif dans un contexte où il ne risque pas le conflit.

 

– Sous stress, le type 9 mu (qui réprime le centre mental) devient très émotionnel. Il est confus et à du mal à structurer ses idées. Il est beaucoup plus émotionnel et proche des autres, sa tendance à fusionner est plus importante.

 

Tous ces éléments font que le type 9 de l’ennéagramme est souvent plus difficile à repérer, c’est une personnalité complexe. 

 

Cela dépend de la personne avec qui il fusionne car il peut en mimer les traits de caractère et les hobbies.

 

C’est globalement le cas des types 3, 6 et 9, qui sont souvent plus difficilement repérables que les autres types.

Ton partenaire est-il de type 9 ?

Ton partenaire de vie est-il de type 9 ?

 

Comme pour ton propre type ennéagramme, je t’invite avant tout à procéder par élimination pour éviter le biais de confirmation d’hypothèse.

 

Si tu penses qu’il/elle est du type 9 de l’ennéagramme, tu vas sélectionner les arguments et les exemples qui te donnent raison.

 

Ceci étant précisé, tu peux te poser ces questions :

– Observes-tu la fuite dès qu’un conflit pointe le bout de son nez ? Notamment à travers son mécanisme de défense de narcotisation et anesthésie ?

– Est-il arrive que tu vives un conflit avec lui ? 

– Constates-tu l’inertie inhérente au 9, la facilité à se laisser porter et la difficulté à faire des choix ?

– As-tu du mal à discuter avec lui les yeux dans les yeux, de façon franche ?

– A-t-il tendance à se perdre dans de multiples activités futiles ?

– As-tu du mal à le connaître, à savoir ce qu’il vit intérieurement, les émotions qu’il ressent, les désirs qu’il a ?

 

 

Le profil 9 a la tendance de se reconnaître dans tous les types… Normal c’est justement son problème : ne pas être incarné et se perdre dans le Tout.

 

Le type 9 en couple

 

Le tout premier élément notable chez le type 9 en couple est le mécanisme de fusion : il fusionne avec son/sa partenaire et s’imprègne de ses goûts et couleurs.

 

Le type 9 est facile à vivre en couple.

Comme on dit : “c’est une patte !”

 

Il adore la routine, tout ce qui est simple et qui ne risque pas de créer du conflit.

Il a des grandes qualités d’écoute, d’entendre tous les points de vue, ce qui est appréciable.

 

Son inertie, sa nonchalance, peut en énerver plus d’un et si son partenaire commence à lui faire des reproches et lui rentrer dedans, il esquive et prend la tangente.

 

Il a souvent besoin de prendre son temps, il déteste être brusqué, forcé, pressé.

 

Il est une bombe à retardement, ce n’est pas parce qu’il est cool la plupart de temps qu’il n’accumule pas de la colère quand on lui fait des reproches.

 

Il minimise les problèmes, voire il peut carrément les nier ou attendre, croyant que le temps résout les conflits.

 

L’ennéatype 9 procrastine beaucoup et il peut y avoir beaucoup de délai lorsqu’il dit quelque chose et qu’il le fait, ça ne veut pas dire qu’il est de mauvaise volonté.

 

Il ne sait pas dire non, donc il ne faut pas lui en vouloir et lui reprocher s’il a dit “oui” pour éviter le conflit et qu’il ne montre aucun enthousiasme.

 

Le forcer à faire quelque chose ne peut qu’amener à une résistance passive de sa part.

A quoi faire attention : à éviter avec les types 9

Comme dit ci-dessus, c’est une très mauvaise idée de stresser un ennéatype 9 et lui mettre la pression. Le forcer à faire un choix, le critiquer, le menacer, est aussi une stratégie perdante.

 

Il est instinctif donc il ne va pas se laisser faire quand tu attends quelque chose de lui, sans pour autant s’opposer frontalement.

 

Lui rentrer dedans avec un style direct est à double tranchant et à de fortes chances d’activer sa compulsion d’évitement des conflits.

 

Il est irrité par les demandes d’implication forte.

Comme il a énormément de mal à dire non (pour éviter les conflits), il va se sentir pris entre deux étaux et il déteste ça.

 

Tout cela va activer sa compulsion, son mécanisme de défense, sa passion, sa fixation… Et le faire partir en désintégration.

 

Evite ce type de comportement si tu désires une relation de qualité avec un ennéatype 9. Ca fait partie des basiques de toute relation de couple, avec un ennéatype 9 ou un autre type.

Les difficultés possibles avec un type 9 de l'ennéagramme

Être en relation avec un type 9 va te mettre face à tes propres zones d’ombre, comme dans tout couple. Encore plus avec un 9 car comme il n’a pas de personnalité, pas de relief (dans son ego), il te renvoie ce que tu n’aimes pas chez toi.

 

Le type 9 est facile à vivre et c’est ce qui va plaire à son partenaire. Par contre, il risque d’irriter toujours pour les mêmes raisons :

– Son indécision particulièrement dans les situations critiques, son incapacité à faire un choix

– Sa tendance à minimiser voire ignorer les problèmes

– La procrastination dès qu’il y a de l’enjeu

– L’incapacité à avoir des réponses claires et précises de sa part

– Sa résistance passive consécutive à son manque d’implication

 

De ton côté, il est important que tu sois capable de :

– Prendre le temps et y aller avec douceur pour ne pas le brusquer.

– L’inviter à exprimer son avis, ses émotions, ses besoins.

– Exprimer sans agressivité ni critique ce que tu vis quand tu fais face à ses mécanismes (inertie, indécision…) pour qu’il comprenne ce que ça crée chez toi et que, paradoxalement, son évitement compulsif du conflit risque de créer… des conflits.

Attention aux dangers de l'ennéagramme

L’ennéagramme est un modèle profond et précis, mais attention : ne résume pas ton/ta partenaire à un type de l’ennéagramme.

C’est l’un des risques de l’ennéagramme : se servir du modèle pour enfermer les autres. C’est la pire façon d’envisager tes relations.

Il est bien plus que cela, il a son histoire, sa culture, ses particularités.

Il a son empreinte bien spécifique, sa façon bien à lui de vivre son type 9.

L’ennéagramme ne doit surtout pas servir à enfermer l’autre dans son type, mais plutôt l’aider à voir sa cellule et à en sortir.