Chien ou chat ?


Cette simple question en dit déjà sur nous.


L’animal totem est une figure archétypale avec laquelle on se sent connecté (et ça n’a aucun rapport avec l’ennéagramme).


L’animal totem est un animal très précieux auquel on attribue une grande valeur. Au même titre que notre livre ou notre film préféré, il parle de nous.


L’ennéagramme définit 9 types de personnalité, correspondant à 9 archétypes qu’on a toujours retrouvé dans les sociétés humaines et qu’on retrouvera probablement toujours (jusqu’à preuve du contraire).


L’animal totem est un archétype, l’ennéagramme définit des archétypes… Peut-on faire des liens entre les deux ?

Peut-on attribuer un animal totem à chaque type de personnalité de l’ennéagramme ?


Cela va permettre d’appréhender chaque type de l’ennéagramme avec un autre angle.


Dans l’ennéagramme il n’y a pas d’animal totem, c’est un exercice purement ludique et pédagogique que je propose ici !


Prenons un peu de hauteur et partons en exploration dans le monde mystérieux de l’ennéagramme.

Préambule : animal totem et ennéagramme

ATTENTION : cet article est caricatural, d’autres animaux auraient pu être utilisés, un type de personnalité de l’ennéagramme n’est PAS un animal.

La visée est humoristique et pédagogique.

 

 

Rappelons que chaque type de personnalité de l’ennéagramme se définit par le centre préféré qu’il surutilise dans une direction, et par ses mécanismes : compulsion, mécanisme de défense, passion/vertu, fixation/idée supérieure.

 

 

Connaître chaque type de personnalité de l’ennéagramme demande de l’approfondir, d’en rencontrer beaucoup et d’avoir un panel large pour ne pas étiqueter et enfermer le vivant.

 

Chaque type de personnalité de l’ennéagramme peut être exprimé de 1000 façons !

 

 

L’ennéagramme est un modèle qui cartographies les motivations sous-jacentes d’un individu, cela ne parle pas des comportements ou de la surface.

 

En comprenant l’ennéagramme superficiellement, le danger est d’en faire n’importe quoi et de perdre l’essence du modèle.

Animal totem, kézako ?

L’animal totem est très présent dans de nombreuses cultures du monde.

 

On le retrouve par exemple beaucoup dans les tribus amérindiennes, où cela va jusqu’à influencer leur façon de se vêtir.

 

L’animal est vénéré comme une divinité et énormément respecté.

 

(Pour les initiés à la spirale dynamique, on peut voir ici une belle présence de Violet !)

 

Depuis quelques années, le concept d’animal totem a été repris par le courant du développement personnel moderne et (forcément) sorti de son contexte.

 

Des tests fleurissent sur internet, des livres à thématique… C’est même utilisé par certains hypnothérapeutes.

 

Pourquoi pas si cela permet à chacun de mieux connaître son type de personnalité.

(Tu ne trouveras pas de test sur Epanessence car les tests représentent le fast-food de la connaissance de soi et, en terme d’ennéagramme, aucun test ne peut affirmer à 100% que tu es de tel ou tel type de personnalité. De plus, cela parasite le processus de recherche de son type qui apporte énormément. Par conséquent, il n’y a pas de test et il n’y aura jamais de test sur ce site, en tout cas sur l’ennéagramme).  

 

 

Il y a même le process du totem personnel du Dr Stephen Gallegos qui consiste à attribuer à chaque chakra un animal totem (cela se fait automatiquement par un mécanisme d’imagerie mentale). 

 

Il en découle de profondes guérisons (dépression, burnout, addiction…) par le fait que ces animaux totems symbolisent des parts de nous et les mettre en relation, les amener à discuter, à se comprendre, amène très souvent à plus de paix et de bien-être intérieur.

 

Ces animaux sont des archétypes, il ne s’agit pas de le prendre au pied de la lettre !

 

En ennéagramme, chaque type de personnalité est aussi un archétype.

 

 

Au final, l’animal totem est un symbole que chacun s’approprie pour y mettre du sens.


Comme tout symbole, il est voué à “mettre ensemble”, à “saisir l’essence de dieu”.

 

L’animal totem étant un archétype (un processus psychique), tu peux t’y “connecter” (pas besoin de Wi-Fi) pour chercher des réponses, en dialoguant avec, en posant des questions.

 

C’est une façon comme une autre de rencontrer des parts de soi !

Les 9 animaux Totem de l'ennéagramme

Pour m’amuser, en partant du concept d’animal totem, je me suis demandé ce que ça pourrait donner avec l’ennéagramme.

 

Ce côté ludique permet d’aborder chaque ennéatype sous un autre angle.

 

Cela peut aussi être la prémisse d’un cheminement spirituel

 

Alors, quel type de personnalité correspond à quel animal totem ?

 

 

C’est ce que nous allons voir tout de suite.

 

Je le répète encore, cela n’est pas un test en mode “découvre quel est ton animal totem parmi les 9 de l’ennéagramme” !

 

Ces précautions ayant été assez répétées, entrons dans la savane.

L'animal totem du type 1 de l'ennéagramme : la fourmi

La bien connue fable de la Fontaine nous le dit : 

« Que faisiez-vous au temps chaud ?  

Dit-elle à cette emprunteuse. »

 

Pendant que la cigale se touchait la nouille, la fourmi travaillait dur.

 

La fourmi s’applique, elle est organisée, elle répète jour après jour des actions qui lui permettent de gravir des montagnes.

Elle peut porter 1000 fois son poids.

 

(Personnellement, je n’arrive pas à soulever 80 tonnes sur mon dos !)

 

Le rapprochement avec le type 1 est assez évident :

 

Le type 1 de l’ennéagramme se définit par ses actions : “je suis le contrôle que j’ai sur moi”.

 

 

Il est donc toujours en train de faire quelque chose, pour s’améliorer, pour être une meilleure personne.

 

Il s’applique chaque jour à incarner ses idéaux dans la matière.

 

Ce contrôle permanent qu’il veut avoir sur lui se solde souvent par l’inadéquation entre ce qu’il aimerait qui soit et ce qui est.

 

Ce delta entre les deux lui génère de la frustration et surtout de la colère.

 

Le type 1 est en colère, très souvent, pour le moindre détail.

 

Seulement, ce n’est pas une colère de type 8, franche et expressive.

 

Car la colère est à la fois la passion et la compulsion du type 1, il la ressent et, à peine sortie (souvent sous forme de jugement, de reproche, de pique…) il la ravale aussitôt, ce qui lui cause de la culpabilité et bon nombre de tensions physiques.

 

C’est tout le paradoxe du type 1 de l’ennéagramme : il est à la fois tout temps en colère et en train de la refouler.

 

Dans l’ennéagramme, le type 1 est l’archétype de celui qui veut s’améliorer et être une meilleure personne.

 

 

Dans l’ennéagramme, les types ayant un centre instinctif préféré (types 8, 9 et 1) ont une problématique avec la colère et le lâcher prise.

L'animal totem du type 2 de l'ennéagramme : la poule

La poule couve ses œufs avec beaucoup de soin, elle veille sur ses petits poussins et n’hésite pas à attaquer si on les approche.

 

Ce côté maternant de la poule qui couve se retrouve dans l’archétype bien connu de la mère poule (ou du papa poule).

 

 

C’est là qu’on peut rapprocher la poule du type 2 de l’ennéagramme, qui se définit comme “je suis les émotions des autres”.

 

 

Ainsi, le type 2 est quelqu’un de très porté vers l’amour, l’aide et le soutien.

 

Il met ses propres besoins au second plan pour prendre soin de ceux des autres d’abord.

 

C’est vraiment son credo : les autres d’abord, moi ensuite.

 

Il utilise entre autres la fixation de flatterie pour envoyer de la reconnaissance à l’autre, afin de lui-même en recevoir.

 

Il est bien connu que la poule ne peut pas rester seule, elle déprime et meurt rapidement, d’autant plus qu’elle est très vulnérable face aux prédateurs.

 

Le type 2 a énormément de mal à être seul également, car dans son ego, il se définit par la reconnaissance que les autres lui renvoient (d’où la volonté de vouloir les aider/conseiller en permanence).

 

 

Autrement dit, s’il est seul, le type 2 de l’ennéagramme n’existe pas…

 

Dans son aide aux autres, le type 2 trouve un sens à son existence, cela le rassure sur son identité.

 

Dans l’ennéagramme, le type 2 est l’archétype de celui qui s’oublie dans l’aide qu’il apporte aux autres, reniant ses propres besoins.

 

 

Rappelons-le, les types de l’ennéagramme ayant le centre émotionnel préféré ont une problématique liée à l’identité et à la reconnaissance.

L'animal totem du type 3 de l'ennéagramme : le paon

Le paon est célèbre dans bien des cultures en raison de son plumage si particulier quand il fait la roue.

 

Il fait la danse pour attirer la femelle grâce à ses plumes qui reflètent la lumière, ce qui a pour effet de le rendre encore plus beau.

 

D’ailleurs, les structures en forme d’œil, omniprésentes dans son plumage, en font un bon hypnotiseur !

(toute ressemblance avec des hypnotiseurs de type 3 serait fortuite)

 

Forcément, le paon fait de suite penser au type 3 de l’ennéagramme, toujours en quête de succès pour recevoir de la reconnaissance.

 

 

En effet, le type 3 se définit par les succès qu’il obtient, confondant l’être et le faire.

 

 

L’accumulation de succès lui permet d’avoir de la valeur de lui-même et des autres, cherchant à tout prix la reconnaissance sociale.

 

 

Comme le paon, il a besoin d’être vu, regardé… Et en même temps ça lui fait peur car ça lui met une pression dingue : il doit être à la hauteur.

 

Sa compulsion étant l’échec, il fait tout pour réussir ce qu’il entreprend et se met en valeur avec la fixation de vanité.

 

A cause de la passion de mensonge, il peut se perdre dans des personnages de façade où il n’est que l’ombre de lui-même.

 

Pour cela, il est capable de se métamorphoser en fonction de son interlocuteur pour le séduire à l’image du paon. Cela est complètement inconscient.

 

C’est ce qui rend le type 3 parfois difficile à repérer tant il capable de se mouler sur son environnement.

 

Dans l’ennéagramme, le type 3 est l’archétype de celui qui veut réussir sa vie.


C’est caractéristique des “types du triangle” que sont les types 3, 6 et 9 de l’ennéagramme, à cause de la surutilisation de leur centre préféré vers l’extérieur ET vers l’intérieur.

 

L'animal totem du type 4 de l'ennéagramme : le cygne noir

Le cygne noir est un animal très particulier, cher au philosophe-trader Nassim Taleb.

 

A l’époque, en Europe, on croyait que tous les cygnes étaient blancs.

Tous les témoignages recensaient de cygnes de couleur blanche, il était impensable d’imaginer autre chose.

 

Mais absence de preuve n’est pas preuve de l’absence.

 

À la fin du XVIIème siècle, des explorateurs découvrent des cygnes noirs en Australie.

 

Cela invalide totalement la théorie selon laquelle “tous les cygnes sont blancs”, par la simple observation d’UN cygne noir.

 


Dans cette théorie, on appelle cygne noir un événement rare et imprévisible, qui a des conséquences énormes.

 

En effet, une seule observation de cygne noir invalide totalement la théorie “tous les cygnes sont blancs”.

Ainsi, je rapproche le cygne noir du type 4 de l’ennéagramme par ce côté imprévisible et différent.

 

 

C’est un cygne différent de tous les autres, et le noir de sa couleur peut faire penser à l’amour de la noirceur du type 4.

 

 

En effet, le type 4 se définit par ses propres émotions, par conséquent il vit des montagnes russes en permanence pour se sentir exister.

 

Cela l’amène à croire qu’il est seul à vivre ainsi et se croit profondément différent.

 

 

Sa compulsion est d’éviter la banalité, il va donc s’identifier à ses émotions et par le mécanisme d’introjection et de sublimation, il va amplifier tout ce qu’il vit pour vivre sa différence.

 

 

Comme le cygne noir, le type 4 de l’ennéagramme est imprévisible, peut vivre une palette d’émotions immense en une seule journée, ce qui peut désarçonner ses proches (s’ils ne connaissent pas l’ennéagramme).

 

 

En sublimant ses émotions, le type 4 peut développer son art.

 

C’est d’ailleurs ce qu’il apporte au monde : la beauté.

 

Le type 4 peut s’émouvoir devant la beauté du monde, un bouquet de fleurs, une œuvre d’art, un animal sauvage, un jeu de couleurs, de forme…

 

D’où son aisance dans le domaine de l’art !

 

 

La fixation de mélancolie le met souvent dans un état d’esprit d’apitoiement sur lui-même où rien ne va et où sa vision du monde perçoit le réel avec un filtre “noir”.

 

 

Le type 4 de l’ennéagramme se croit différent et unique, pour autant, comme le cygne noir, il y a en a beaucoup.

 

 

Il y a autant de types 4 que d’autres ennéatypes…

Chaque type de personnalité de l’ennéagramme est uniformément réparti dans le monde. La nature (ou Dieu, selon) répartit aléatoirement les 9 types de personnalité.

 

Dans l’ennéagramme, le type 4 est l’archétype de celui qui vit des montagnes russes émotionnelles et se sent incompris.

 

L'animal totem du type 5 de l'ennéagramme : la taupe

On pourrait dire de la taupe, avec ses tunnels, ses cavernes, qu’elle est à l’extérieur du monde ordinaire.

 

Elle creuse des réseaux de galeries souterraines immenses et vit à l’intérieur, ce qui est parfait pour le calme et le repos.

 

Il existe des taupinières extrêmement grandes qui appelées “taupinière forteresse” ou encore “château des marécages”.

 

Ces différentes caractéristiques de la taupe la font se rapprocher du type 5 de l’ennéagramme, qui se définit par la carte qu’il a du monde.

 

 

Le type 5 est souvent à distance du monde, un peu asocial et réservé, c’est un type de personnalité qui observe le monde plus qu’il ne le vit.

 

 

Il élabore des théories et des cartes pour le comprendre et pour interagir.

 

 

Sa compulsion étant le vide intérieur, pour éviter d’y être confronté il se barricade dans son château, c’est son mécanisme d’isolement/retrait quand il est sous stress.

 

 

D’où sa passion d’avarice où il donne peu de sa personne, de qui il est et de ses informations. Le type 5 a tendance à parler peu de lui.

 

 

Dès qu’il est sous stress, le type 5 de l’ennéagramme retourne dans sa forteresse où il espère qu’il ne sera pas dérangé, pour réfléchir et comprendre encore mieux le monde.

 

 

Cela l’amène à créer des cartes du monde excessivement précises et complexes, pouvant aller jusqu’à des théories élaborées, d’où son orientation de connaissance et précision.

 

Dans l’ennéagramme, le type 5 est l’archétype de celui qui élabore des grandes théories sur l’univers depuis son laboratoire, seul.

L'animal totem du type 6 de l'ennéagramme : le suricate

Le suricate est l’animal grégaire par excellence car il vit en grands groupes familiaux.

En effet, hors du groupe, les suricates sont voués à une mort quasi certaine.

 

Au sein de leur colonie, les suricates ont un comportement altruiste.

 

Des sentinelles se relaient pour veiller sur le groupe en se dressant sur les pattes arrière, elles communiquent par cris pour prévenir les autres des dangers.

Les suricates ont différentes vocalises pour prévenir du type de prédateur et du degré d’urgence de la situation.

 

L’homme est un animal social, mais pour le type 6 de l’ennéagramme c’est encore à un autre niveau !

 

 

Il a été évident de rapprocher le suricate du type 6 de l’ennéagramme, tant ce type de personnalité est grégaire et pense ne pas pouvoir exister en dehors de la “tribu”.

 

Pour comprendre le type 6 de l’ennéagramme, il faut comprendre ce qu’est son cadre.

 

 

Pour le type 6, le “cadre” est un ensemble d’idées et de concepts auquel il s’accroche tellement qu’il fait tout son possible pour être loyal.

 

 

Au sein de ce cadre (qui peut être un courant politique, une association écologiste, sa famille…), il appartient à une tribu, comme les suricates.

 

Dans l’ego, il ne peut pas concevoir vivre hors du cadre car c’est un monde hostile et dangereux. 

 

D’où sa vision de la vie “négative” où il perçoit le danger beaucoup plus prononcé que les autres types de personnalité de l’ennéagramme.

 

 

Le type 6 est anxieux et peureux. Même s’il existe la variante contre-phobique où il brave les dangers, il a toujours peur au fond de lui.

 

C’est une peur sans objet, il n’a pas peur des serpents ou des accidents, il a peur un point c’est tout !

 

 

Au sein du cadre, il est très généreux et en même temps très critique, il veille au grain pour que tout le monde respecte le cadre.

 

 

Le type 6 de l’ennéagramme est souvent le type le plus difficile à identifier parmi les 9 types de l’ennéagramme. 

En effet, il peut prendre tellement de formes différentes selon ce qu’est son “cadre”, que l’on peut s’y tromper facilement.

 

Un type 6 aura énormément de mal à se trouver via un test…

 

Pour les types du triangle, un test a encore plus de probabilités d’être faux.

 

Dans l’ennéagramme, le type 6 est l’archétype de celui qui anticipe tous les problèmes et tous les dangers possibles.

 

L'animal totem du type 7 de l'ennéagramme : le singe

Le singe est un animal auquel on prête souvent des qualités de légèreté, d’humour et d’intelligence.

 

Il est connu que chez le bonobo, les relations sexuelles servent (entre autres) à apaiser les conflits.

La sexualité des bonobos est très ouverte, avec les pratiques orales, embrasser avec la langue et avec tout type d’individu.

 

 

Cette image du singe rieur le fait se rapprocher du type 7 qui se définit par “ses idées géniales”.

 

Le type 7 aime réfléchir, planifier, rigoler. Il est très porté sur la joie et l’optimisme et fait tout pour éviter la souffrance (sa compulsion).

 

 

Dans l’ego, il accumule les plaisirs de la chair, en particulier la nourriture et le sexe, c’est sa passion d’intempérance. Il peut avoir du mal à se modérer.

 

Il vit énormément dans le futur par sa fixation de planification/futurisation.

 

Il déteste les limites, les règles, les obligations et tout ce qui l’empêche de jouir de la vie.

 

 

Le type 7 de l’ennéagramme aime bien se moquer des autres, faire des blagues.

Il se croit plus intelligent qu’il ne l’est et plus intelligent que les autres.

 

Dans l’ennéagramme, le type 7 est l’archétype de celui qui vit pour le plaisir, qui blague et qui ne veut pas s’engager.

L'animal totem du type 8 de l'ennéagramme : le lion

 

Le lion est un animal fort et puissant, il est le roi des animaux.

 

Sa force colossale fait de lui un animal qui impose le respect : un coup de patte suffit à provoquer la rupture des organes internes et même casser des os.

Le mâle dominant a pleine autorité sur son harem.

 

Le lion est sauvage, solitaire et tisse de forts liens entre mâles dominants.

 

Le lion est assez naturellement associé au type 8 de l’ennéagramme dont l’orientation est puissance et courage. Il se définit par le contrôle qu’il a sur les autres.

 

Il est l’Homme avec un grand H, il veut être un mâle alpha.

 

(Il arrive qu’un type 8 se prenne pour un dieu, c’est le cas de certains dictateurs, rois)

 

 

Le type 8 évite compulsivement la faiblesse, ce qui en fait quelqu’un qui montre automatiquement ce qu’il a dans les tripes et il va mépriser ceux qui font preuve de faiblesse (ou les protéger, selon).

 

 

Sa passion d’excès en fait quelqu’un de visible, de souvent bruyant et très polarisant : on l’aime ou on le déteste (et réciproquement, il ne fait pas dans la nuance).

 

Il se fiche de l’avis des autres et de ce qu’on pense de lui, ce qui l’amène à être très franc et direct.

 

Il en a dans le ventre et il le prouve.

 

Par son fonctionnement, le type 8 de l’ennéagramme inspire souvent la crainte et s’en amuse.

 

Certains types 8 se protègent mutuellement car ils veulent s’entourer de personnes fortes et courageuses.

 

C’est le type de l’ennéagramme que l’on reconnaît le plus facilement parmi les 9 types de l’ennéagramme. 

Plusieurs raisons à ça : son centre instinctif tourné vers l’extérieur, sa passion d’excès qui le rend excessif en tout, sa propension à vouloir tout contrôler, sa “colère” omniprésente qui lui donne envie de dominer le monde.

 

Le type 8 est comme le gros chat : il sait ce qu’il veut.

 

 

Dans l’ennéagramme, le type 8 est l’archétype de celui qui rentre dans les autres en ne mettant aucune forme à son discours et qui aime montrer à quel point il est fort et puissant.

L'animal totem du type 9 de l'ennéagramme : le paresseux

Le paresseux est un animal fascinant qui se déplace très lentement : il se déplace à moins de 10 m à la minute dans les arbres (soit 0,6 km/h).

Sa lenteur est son meilleur camouflage contre les prédateurs.

Il dort environ 12 à 14 heures par jour.

 

Sa fourrure étant humide, des algues vertes lui poussent dessus ! Cela permet un meilleur camouflage et même des nutriments absorbés par la peau.

Pour l’anecdote, le paresseux se nourrit de feuilles toxiques et peut mettre jusqu’à un mois pour digérer.

 

Forcément, je ne pouvais qu’associer le paresseux au type 9 de l’ennéagramme.

Son équation inconsciente peut prendre du temps à être comprise : “je suis le non-contrôle qui me permet de contrôler moi et les autres.”

 

Le type 9 ne vit pas, c’est la vie qui lui arrive.

Il se laisse porter par les flots de la vie, contrôlant par l’absence de contrôle.

 

Evitant à tout prix le conflit (sa compulsion), il se narcotise et s’anesthésie pour éviter de se connaître.

 

Ainsi, il vit sa passion de paresse, qui est surtout une paresse à se connaître.

Il peut être très actif dans la narcotisation, passant la journée à des tâches inutiles.

 

 

Il est facile à vivre, globalement tout lui va et il se fond dans son environnement, comme le paresseux.

 

 

Le type 9 s’oublie (c’est sa fixation d’oubli de soi) en fusionnant avec les autres.

 

Souvent il ne se connaît pas, et ne veut pas se connaître, car alors il peut se mouler sur l’autre, de sorte à éviter le conflit.

 

Le type 9 de l’ennéagramme est, quelque part, le plus spirituel de tous les types de personnalité, au sens où il est en haut de la figure, le plus proche de Dieu (au sens du Tout). 


C’est surtout que, dans son ego, il fusionne avec tout.

Son travail personnel est justement de retrouver son identité pour savoir qui il est vraiment.

 

Dans l’ennéagramme, le type 9 est l’archétype de celui qui est tellement cool et facile à vivre que tout le monde l’aime.

Au-delà des 9 animaux totems de l'ennéagramme

Nous venons de détailler les 9 types de personnalité de l’ennéagramme sous l’angle de l’animal totem.

 

 

Garde en tête que l’animal totem attribué à chaque type de personnalité est purement subjectif de ma part et de nombreux points ne collent pas.

 

J’aurais très bien pu choisir d’autres animaux : le chat pour le type 9, le chien pour le type 2, le Bernard Lermite pour le type 3, l’ours pour le type 8, le papillon pour le type 4…

 

Les animaux (autre que le singe cortiqué que nous sommes) n’étant pas câblés pareil, il me paraît impossible de définir un type de personnalité de l’ennéagramme sur un animal. Cela supposerait que les animaux aient un ego comme celui des humains.

 

 

Cette approche ludique de l’ennéagramme te donnera peut-être envie de creuser plus amplement sur chaque type de personnalité.

 

Comme toujours avec l’ennéagramme, il s’agit de prendre du recul et de développer de la nuance pour sortir du cliché qui peut s’installer dans notre tête sur les 9 types de personnalité.

 

Je t’invite à consulter la page détaillée des 9 types de l’ennéagramme pour t’en faire une idée plus précise et ensuite trouver ton propre type de personnalité sans passer par un test.

 

 

Et si tu le souhaites, tu peux profiter d’un bilan de personnalité offert pour t’aider à trouver ton type de personnalité ennéagramme, ou en tout cas te poser des questions, pour creuser sur ton fonctionnement.

(Ce n’est pas à moi de te dire ton type de personnalité, c’est à toi de le trouver et tu as toute la vie pour cela !)

 

Nota Bene sur les tests en ennéagramme

Aucun test ne pourra t’apporter une connaissance de soi précise comme on pourrait le faire en discussion ensemble, même les meilleurs tests de certains auteurs d’ennéagramme. 

Je n’ai rien contre les tests, pour le MBTI (Myers Briggs Type Indicator) ça fait partie du système, mais le MBTI fonctionnement différemment.

En effet, le MBTI se base sur les archétypes de Jung.

D’ailleurs, il y a des corrélations entre MBTI et ennéagramme. 

 

Les tests en ennéagramme s’opposent à la connaissance de soi que l’on peut avoir par l’observation.

C’est pourquoi je les déconseille, même pour se faire une idée.

Ca va orienter notre système limbique et pour pratiquer un développement personnel réellement profond, un test est futile.