Type 4 de l'ennéagramme : "Je suis mes émotions"

Généralités sur l'ennéatype 4

 

Dans l’ennéagramme, je suis l’archétype de l’artiste qui aime le beau, qui se sent profondément différent, je ne suis pas un profil de personnalité comme les autres.

Je suis un albatros, comme ce brave Baudelaire qui avait tout compris à ma mélancolie et qui demeurait incompris parmi les siens.

Personne ne me comprend, personne ne sait ce que je ressens…

Je suis tel un Cygne Noir, Ô animal si grâcieux et unique…

Des cygnes blancs, il y en a partout, c’est monnaie courante… Alors qu’un cygne noir, c’est rare, différent, raffiné : ça sort de la monotonie ambiante !

 

Je fais partie des ennéatypes qui surutilisent leur centre préféré vers l’intérieur comme l’ennéatype 1 (instinctif) et l’ennéatype 7 (mental).

 

Là où l’ennéatype 2 s’identifie aux émotions des autres et l’ennéatype 3 à ses succès, moi le type 4 je suis mes émotions donc celles-ci doivent être exceptionnelles pour que je me sente vivant : sinon, à quoi bon vivre ?

Je peux donc avoir une tendance à la déprime, à vivre des montagnes russes et à m’auto-exclure par peur d’être rejeté…

J’avoue, j’aime bien la noirceur… Ben quoi ? Je ne suis pas comme l’ennéatype 7 qui oblitère le négatif, je trouve qu’il y a de l’esthétique dans la noirceur.
 

Toutes les émotions sont importantes à vivre, confortables ou pas. Je veux vivre tout le panel de ce qui existe : l’émotion, c’est ma réalité permanente.
Seulement, je ressens tellement d’émotions différentes et contradictoires que je m’y perds et je ne sais pas vraiment qui je suis. 

Pour toutes ces raisons, on m’appelle le romantique dans certaines écoles d’ennéagramme, mais je ne le suis pas forcément.

Je suis nombriliste, je suis obsédé par ce que je vis, bref je suis dans mon monde.

 

Je suis le type de personnalité le plus obsédé par ce que je ressens et ce qui me rend unique dans l’ennéagramme. Je ne veux pas être comme les autres !

Équation de Base du type 2 : Quelque chose de primordial n'est pas là et doit être retrouvé

Je vois bien que je suis le seul à vivre ces difficultés émotionnelles et identitaires… Je sens bien qu’il me manque quelque chose, que je dois avoir un problème qui m’empêche de vivre convenablement.

Orientation du type 2 : le sens du Beau

Le beau est partout : la rusticité d’une poutre en bois massif, un chat qui dort, une mélodie au piano, la figure de l’ennéagramme… Tout cela me rend nostalgique et touche ma sensibilité.

 

Je n’y peux rien, je suis comme ça et c’est ce que j’apporte au monde : ma vision esthétique.
Parmi les autres types, c’est ce que j’apporte à l’ennéagramme : je mets du beau, de l’authenticité !

Évitement compulsif du type 4 : la Banalité

Mes émotions, c’est mon identité, donc je ne peux pas concevoir que qui que ce soit dans l’ennéagramme puisse vivre le même maëstrom émotionnel que moi.

Non je ne suis pas comme tout le monde ! Bien sûr que non ! Parmi l’ennéagramme il n’y a qu’un type 4 comme moi !

Oui je suis humain aussi, mais pas pareil quand même, des comme moi on en fait pas deux !

J’aime pas faire comme tout le monde, tu vois par exemple être l’ennéatype 9 ça m’ennuierait à mourir !

Je dois me différencier des autres à tout prix, c’est une question de vie ou de mort. Je le fais avant tout avec mes émotions, mais pas que : ça peut être mes vêtements, mon langage, mon habitation…

Ma compulsion me pousse à me sentir à part, et tu vois que l’ennéagramme permet de comprendre la raison de cet automatisme.

Mécanisme de défense : l'Introjection et la Sublimation

Pour éviter à tout prix la banalité, je vais faire en sorte d’amplifier toutes les émotions que je vis, à la mesure de mon ego.

Alors je vais introjecter les émotions des autres (introjection = mettre à l’intérieur de moi) et les sublimer (= les amplifier) de sorte à vraiment ressentir quelque chose d’unique. Je peux sublimer mes émotions à travers une occupation artistique ou à quelque chose d’esthétique.

Je ne suis pas juste joyeux, je suis complètement en extase !!!

Je ne suis pas triste, je suis absolument désespéré…

Et ça alterne, et tout se mélange, et je suis perdu dans ce chaos émotionnel !

Les autres croient souvent que je joue la comédie, que je suis artificiel… Mais non ! 

C’est ce que je vis vraiment !

Le type 3 joue un rôle, pas le type 4 !

Si l’ennéagramme t’apporte un peu de compassion pour moi, c’est pas de refus…

Problématique : besoin de reconnaissance intérieure

J’ai du mal à être heureux, à savoir qui je suis, à me comprendre… 

Je me compare en permanence et j’ai du mal à m’accorder de la valeur quand je vois comment je suis par rapport aux autres…

Peur de base propre au type 4 : être sans identité, interchangeable

Qui je suis si on peut me remplacer ? Personne… Ce serait intolérable…

Je ne sais pas vraiment qui je suis et ça me fait souffrir.

Je tourne en rond sur cette question de l’identité.

Désir de base du type 4 : être soi-même, vrai, authentique

Ben oui, puisque je te dis que je suis unique !

Par contre je ne suis pas franc du collier comme un ennéatype 8, je suis sensible moi…

Je vis tout avec intensité, les montagnes russes ça me connaît… alors ça me tue que les autres peuvent me taxer de superficielle…

Fixation : Mélancolie

Ben oui, puisque je te dis que je suis unique !

 

Je vis tout avec intensité, les montagnes russes ça me connaît… alors ça me tue que les autres peuvent me taxer de superficielle…

Même quand je suis joyeux, quand tout va bien, je sens bien au fond de moi cette mélancolie qui est toujours présente.

Le Spleen, oui, c’est tout à fait ça.

Je suis le type de personnalité à avoir le plus tendance à déprimer, ou pire… Mélancolie, mélancolie, j’ai toujours ça en moi.

Idée supérieure : Originalité

Dans l’Essence, je réalise que je suis unique par nature comme tous les autres êtres humains et que je n’ai rien à faire pour vivre cette différence. Je ne peux pas être banal. 

Personne ne peut être comme moi de toute façon, donc je n’ai pas besoin de vouloir absolument vivre quelque chose d’extraordinaire.

Passion : l'Envie

Je vois tout ce que les autres ont, vivent, et que moi je n’ai pas…

J’envie les autres, leur vie a l’air tellement mieux que la mienne.

J’envie les gens joyeux qui ne se posent pas toutes ces questions sur eux.

J’envie simplement ceux qui vivent une vie normale… Pourtant je fais tout pour l’éviter ! 

Oui, je suis paradoxal, comme tous les autres ennéatypes, mais pas pareil.

Éviter à tout prix la banalité tout en ressentant une forte envie d’être comme les autres, si ça c’est pas unique ?

Vertu : l'Harmonie, le Contentement

Dans l’Essence, je vis beaucoup plus d’harmonie avec mes émotions et avec les autres, je n’ai plus peur d’être rejeté. 

Je suis simplement épanoui de vivre ma vie, dans le présent et je sais me satisfaire de ce que j’ai. J’arrête de courir sans cesse après quelque chose qu’il me manquerait. 

Ainsi j‘apprends à prendre du recul sur mes émotions et à faire preuve de plus de d’équanimité.

Sous-types du type 4 :

Conservation : Intrépidité. Je me mets en danger pour vivre des sensations fortes afin de me sentir en vie, par des comportements excessifs, des sports extrêmes… En espérant attirer l’attention sur moi.

Social : Honte. Je me rejette avant d’être rejeté parce que j’ai peur d’être gêné et de ne pas être à ma place. 

Sexuel/tête-à-tête : Compétition. Je me compare à mes rivaux, je peux alors prendre chaque relation comme une revanche et être agressif à l’égard des autres. Attention à ne pas me confondre avec un ennéatype 8 dans ce cas-là. 

Ailes du type 4 : 3 et 5

Mes ailes m’apportent une manière de prendre de la distance avec mes émotions et d’être plus fonctionnel.

 

L’aile en 3 m’apporte moins de honte, plus de ressources pour agir et pour me faire reconnaître. Par contre elle me donne plus de dépendance des autres vis-à-vis de mon image et me donne moins de recul et de vision à long terme.

 

L’aile en 5 m’amène plus de recul sur mes émotions, mes sentiments et plus de pondération, un peu moins de dépendance à l’égard des autres. Par contre elle implique plus de difficultés à communiquer socialement et plus de retrait.

Développement personnel pour le type 4

L’ennéagramme m’apprend que j’ai tendance à dramatiser tout ce qui se passe dans ma vie.

Je suis un profil de personnalité orienté vers moi et souvent obsédé par ce que je vis, d’où ce cliché de l’artiste torturé. Ca fait de moi un romantique.

Je peux découvrir que je ne suis pas mes émotions ou mes émotions et que je les accentue pour me sentir exister.

Attention je n’ai pas le monopole de la dépression de tout l’ennéagramme non plus.

Mais je peux vite tomber dans la noirceur si je vais mal…

Communiquer avec le type 4

Moi et les autres ennéatypes 4 avons une tendance au drame.
Oui nos émotions sont présentes partout dans notre vie, nos sentiments débordent tel un cours d’eau pendant une tempête…

 

Quand tu connais l’ennéagramme, tu fais attention à ne pas remettre en question mon sens du beau. Mon centre émotionnel fait de moi un profil de personnalité très sensible à la critique.

Garde à l’esprit que j’ai souvent l’impression de ne pas suffire, d’être de trop…
De par mon type de personnalité, je suis dans mon univers et si tu peux le respecter, je t’estimerai beaucoup.

Personnalités du type 4

Karl Lagerfeld, Freddy Mercury, Marilyn Manson, Serge Gainsbourg, Victor Hugo, Baudelaire, Arthur Rimbaud, Valérie Giscard d’Estaing, Tim Burton, Shakespeare, Charlie Chaplin, Salvador Dali, Jack Lang, Solange te parle, Nicolas Bedos

 

Le type 4 est bien représenté dans le monde de l’art, de la poésie, de la mode, plus que les autres profils de l’ennéagramme.

Citations du type 4

 « La platitude est une maladie. » Freddie Mercury

 « J’ai lu les poèmes d’Edgar Allan Poe à l’école, mon premier poète, et pour moi ce fut décisif. Ce qui m’a immédiatement plu, c’est que ses phrases n’avaient pas vraiment de sens d’un point de vue logique, mais pourtant on comprenait tout ce qu’il voulait dire à travers les ambiances évoquées. J’ai senti une grande affinité avec ce genre de poésie parce que c’est exactement ce que je ressentais à l’époque : j’avais l’impression que personne ne comprenait ce que je disais, et ça me rassurait de savoir que je n’étais pas le seul. » Tim Burton

 « La vie a une fin, le chagrin n’en a pas. » Charles Baudelaire

Sommaire des ennéatypes